Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 14:50

machine.PNG

 

 

Si vous voulez transformer un vase en lampe, c'est souvent possible en modifiant l'objet et en y installant un système de fils électriques et une ampoule.

Mais c'est long, c'est pénible, ça oblige à faire un trou pour laisser passer les fils, à modifier le haut du vase pour que l'ampoule tienne toute seule, bref, c'est toute une technique.

Et en plus,  tous les vases ne s'y prêtent pas vraiment.

Certains sont remplis jusqu'au  rebord de coran qui est une matière collante et visqueuse résistant plus ou moins à tout et qui ne laisse passer aucun courant.

Les chefs de marketing qui nous tiennent lieu de visionnaires depuis quelques décennies, ont donc décidés que le plus facile était tout simplement de coller l'étiquette "lampe" sur tous les vases en stock qui s'accumulaient à l'entrée du super marché France, sans plus s'embêter à leur faire subir la moindre modification.

 

Maintenant quand un client n'est pas satisfait et se plaint du manque général de luminosité, on lui dit "mais non ça éclaire parfaitement et puis pourquoi avez vous besoin de lumière, en plus ? ça ne serait pas par hasard pour lire mein Kampf ? hein petit salopard ?"

On économise sur la main d'oeuvre (plus besoin de toucher au produit d'origine), on fait un peu de vente forcée ( les lampes ont changé, nous n'avons rien d'autre à vous proposer il faudra vous y faire) et on laisse progressivement le pays dans le noir en remplaçant les livres par des hauts parleurs qui diffusent des ordres sur un ton mielleux (pour le moment).

 

On dira que j'exagère.

On aura tort.

 

L'usine à transformer les étrangers en Français, et qui a assez bien fonctionné longtemps a été remplacée par un simple sas d'étiquetage : lieu magique qui permet de décider qu'un pittbull  doit être dorénavant considéré comme un caniche nain, et que s'il mord la main du facteur il faut que ce dernier apprenne à être moins agaçant en mettant le courrier dans la boite aux lettres parce que les caniches nains , ce n'est pas méchant, donc si ça mord c'est qu'on l'a bien cherché cqfd.

L'immigrant arrive donc sur la gauche comme sur un tapis roulant, passe quelques secondes dans le sas, ressort à droite sans avoir subit la moindre modification si ce n'est qu'il a une  nouvelle étiquette, et le tour est joué.

Caniche nain, lampe halogène, Français...tout est possible.

 

Cela permet à  Sarkosy, dont l'anosognosie me parait simulée, de refuser de regarder la partie "entrante" du sas et de nous marteler que MM étiqueté Français n' a donc rien à voir (!) avec l'immigration.

MM, de père et mère algérienne, délinquant coranophile tueurs de soldats français et d'enfants juifs est un petit gars bien de chez nous parait-il.

A mon avis la  "francitude" de ce MM consistait juste à savoir   dire " putain elle est trop top cette caisse" alors que si papa et maman Momo avaient émigré en Angleterre il aurait su dire " Eh, that's a fucking car dude !" ou s'il était né au japon.....ah non,  pardon, ça, ce n'était pas possible.

 

La "francitude "de MM, comme tant d'autres relève à mon avis de l'erreur d'étiquetage, mais ces dernières ont un caractère magique : c'est un tatouage que l'étiqueté lui même peut à chaque instant ôter comme un simple scotch, mais qui hurle comme un écorché vif si on y touche.

 

Bref, MM est français, qu'on se le dise.

Et qu'on nous le répète.

Qu'on nous le martèle s'il le faut : il est à "nous" et d'ailleurs personne d'autre n'en veut à commencer par les algériens eux-mêmes qui n'hésitent pas à écrire des phrases comme suit :

Ce "français né en France de parents français "est "dans son vécu comme dans histoire,  entièrement et totalement Français. Son formatage et son façonnage il les doit exclusivement à la société française dans le bien comme dans le mal."

Rappelez moi où vit le français père de MM et où il veut faire enterrer son fils ?

 

 

Mais bon, on pourrait dire que c'est " de bonne guerre" en quelque sorte et que si Sarkosy veut surtout nous faire oublier son usine d'étiquetage, les algériens, c'est humain, préfèrent nous refiler le bébé monstre et oublier où sont ses racines.

 

 

Par contre,  parmi le flot de réflexions venues d'un peu partout nous dire que l'étiquette collée sur Momo correspondait bien au contenu du paquet, j'en ai retenu une qui m'a paru de très mauvaise guerre, celle là...et aussi de mauvaise augure.

 

J'en suis restée en quelque sorte sur le flan, ça m'a "interpellée grave" :

Un article signé d'une dénommée Rachael Levy nous explique ICI que l'antisémitisme de Momo a pris racine dans l'antisémitisme plus ou moins latent des français, et remonte à l'affaire Dreyfus pour expliquer l'affaire MM....sans compter celle du meurtre de Halimi !

MM est français, ce sont donc des français qui tuent des juifs en France, et ça ne l'étonne pas madame Levy car c'est la conséquence de notre soi disant laïcité qui est en réalité un racisme antisémite déguisé !

 

Si on synthétise un peu la situation, on constate donc que de nombreux Attalis participent largement à nous remplir  le pays de musulmans en nous invitant au grand métissage ( au fait vous vous métissez madame Rachael ?), aident Sarkosy à mettre au point le sas à étiquette, favorisent par leur discours dans tous les médias le fait que "nos" musulmans sont dressés à l'antisémitisme à la maison presque aussi bien qu'en islamie puis ....nous reprochent, à nous,  les crimes antisémites de NOS coranophiles récemment étiquetés, et cela en raison même de leur étiquette.

Quand je vous disais hier que pour certains nous sommes les seuls obstacles à l'amitié judéo musulmane !

Dites moi que c'est un cauchemar.

Au secours Zemmour, Elisabeth, Finki ! faites quelque chose : j'ai trop envie de gifler madame Rachael et ça serait probablement considéré comme un acte antisémite, alors pitié frappez là vous mêmes.

 

C'est moi ou on se sent un peu seuls ?

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Mash 29/03/2012 15:14


Enquête d'ethique?

Pangloss 29/03/2012 14:49


Remarque extrêmement pertinent d'Obsédé textuel. L'islam est en seconde position amis seulement dans la catégorie de ceux qui disent appartenir à une religion. Cette pirouette statistique est
bien dans l'air du temps: la religion est devenue pour nos gouvernants un moyen de nous mettre dans des boîtes plus facile à trier, à empiler, à étiqueter et à manipuler. Les mécréants deviennent
ipso facto des citoyens de seconde zone, des mauvais Français qui ne tiennent pas compte des directives des évêques, des imams ou des rabbins. Directives transmises après consultation du ministre
des cultes.

Lepante 29/03/2012 14:30


Ce que j'apprécie particulièrement dans votre blog, chère Dixie, c'est votre habileté à être en phase avec l'actualité. J'en veux pour preuve cet éblouissant (façon de parler, bien sûr...)
exemple "d'étiquetage".


http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Un-officier-noir-bientot-porte-parole-de-la-Marine_a563.html

dxdiag.over-blog.com 29/03/2012 18:37



Merci Lepante : en ce moment c'est carrément l'actualité qui me colle , je suis noyée sous le flot continu des stupidités que je lis dans la presse. Qu'ils arrêtent, que je puisse faire une pause
!



patoche 29/03/2012 09:16


 je me permets d'ajouter que si le facteur ose se plaindre de l'attaque du pitbull-caniche, vous aurez des associations canophiles hurlant à la stigmatisation et on vous deviendrez
canophobe.

dxdiag.over-blog.com 29/03/2012 13:19



Oui, ça finirait par être drôle si ça n'était pas si terrible.



Louve Normande 29/03/2012 09:16


Eh eh, justement Zemmour ce matin a bien fait remarquer que le seul, sur les 7 victimes, à être enterré en France était Abel, le "Catholique" Kurde !!!

dxdiag.over-blog.com 29/03/2012 13:17



Bonne nouvelle : l'Algérie ne veut pas de MM !!!!


On n'a plus qu'à attendre que les fruits tombent tout seuls de l'arbre, directement dans le carré musulman. Comment pourraient ils empêcher sa tombe de devenir un lieu de pèlerinage pour
musulmans non modérés.