Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 13:44

volcan.jpg

Je suis diabolique. Voilà, je l’admets.

J’avoue tout : je suis une Judas(te ?) de l’empire du bien.

 

J’ai rencontré des gens dont le coming out était vraiment très surprenant. Tenez, comme ce père de famille nombreuse qui à  45 ans partit avec le mari de la meilleure amie de sa femme (histoire vraie) Quand on voit des cas comme celui là, on se dit qu’il devait bien y avoir des  indices, que ce monsieur n’a pas décidé de faire cela pour ennuyer sa famille mais qu’il a plutôt été porté par  une sorte de nécessité dont il avait dû, forcement, ressentir des indices, des signes précurseurs.

 

A coté de ça avouez que mon coming out est moins surprenant.

Car, maintenant que j’y pense, nul n’est besoin de chercher très loin les premiers signes prouvant mon mauvais fond.

Elevée presque entièrement par des socialistes, l’explication éducationnelle ne peut expliquer mes dérives. J’ai donc bien une nature mauvaise, innée.

Des gens perspicaces l’auraient vu.

Si Victor Hugo m’avait connue, il aurait très probablement déclamé :

 « Tout  comme Napoléon perçait sous Bonaparte, l’horrible Dxdiag se voyait déjà dans BB»

(Les initiales de mon vrai nom ne pouvaient qu’hélas, inspirer la méfiance, déjà)

 

Dés la plus tendre enfance je commis mes premiers propos de xénophobie sélective en m’exclamant, voyant un noir dans le métro : «  Mais, tata, pourquoi le monsieur n’a pas lavé l’intérieur de ses mains ? » alors qu’emmenée dans le  quartier latin, découvrant mon premier restaurant « chinois » je me contentais d’un « Qu’est ce que c’est bon le riz cantonnais hein maman! »

Au CP mes premières lectures de tintin n’entraînèrent chez moi aucune indignation et je me régalais d’idées reçues qui ne me choquaient pas.

Au lycée, plusieurs signes révélaient déjà ma mal-pensance:

En cours d’histoire, je trouvais que les révolutionnaires qui avaient coupé  la tête des gens étaient un peu trop vaches et pensais sans oser le dire que les aristos aussi étaient nés par hasard dans leur groupe de nantis. Et puis ça m’ennuyait  beaucoup quand les gentils commençaient à s’entretuer.

En cours de Français, je trouvais ridicule les tables rondes sur « la folie » et plus encore que l’enseignante applaudisse à la remarque pourtant astucieuse d’un élève («  ouiais, si ça se trouve les vrais fous sont les gens qui sont dehors et y zenferment les gens normaux si ça se trouve euh »)

Je préférais Voltaire à Rousseau, j’étais la seule. J’aurai dû me méfier.

A la fac je commis mon premier acte d’agression véritablement  raciste en empêchant un noir de doubler dans la queue du restaurant universitaire. Il m’informa sur le champ de la nature profonde et immorale que révélait ce comportement. Je n’en tint pas compte et ne menait aucune introspection.

Lors des débats sur la peine de mort, ma position fut contre cette dernière mais uniquement parce que j’ai toujours trouvé atroce l’idée d’une erreur judiciaire fatale et non pas parce que j’avais pitié des tueurs en série. Ainsi, même mes opinions bien pensantes l’étaient pour de mauvaises raisons.

Je lu  Céline bien que sachant  qu’il était antisémite et soutint plus volontiers Israël que les palestiniens, par pur élitisme.

Je ris en lisant Charlie hebdo mais aussi des BD de Lauzier, et ne compris même pas à l’époque pourquoi autour de moi personne ne l’appréciait.

Au lieu d’éprouver une  compréhension sympathique pour les socialistes en 81 qui, alors que j’allais fêter la victoire de Mitterand au QG, arrêtèrent la  voiture décorée du caducée de mon amoureux et tapèrent dessus en  criant «  alors le  toubib, maintenant c’est nous qui tenons le manche » je m’en offusquait, méchamment.

M’efforçant d’aimer la psychanalyse en lisant tout Freud, Dolto et les autres, alors que je tombais tout à fait par hasard sur un pamphlet de Debray-Ritzen, je me dis «  mais ce mec a de bons arguments !» et lorsqu’ on m’informa qu’il était d’extrême droite, je ne pus m’empêcher, malgré tout de penser qu’il avait, quand même, de très bons arguments.

Vinrent les années de maturité, travail et élevage  d’enfants m’occupèrent et ma méchanceté ne couva que silencieusement, mais elle était toujours présente, latente, comme une coulée de lave tranquille. L’écoute quotidienne de radio France maintenait le volcan éteint.

Puis, alors qu’une libération très prématuré de toute activité obligatoire, m’ en laissa le temps, je m’intéressai davantage à  l’actualité et au net. Or voici que la découverte de la réacosphère, fut comme une révélation : tout comme la lecture de «  la scolastique freudienne » avait fait voler en éclats les certitudes dont j’avais été abreuvée pendant plusieurs décennies, la découverte de Zemour ,de Muray et des blogs de méchants, loin de m’indigner, fit sauter le bouchon du cratère, libérant le magma qui avait TOUJOURS été dessous, forcement.

Un jour je fis un commentaire, sorte d’acte manqué réussit, chez Subsubventionné

«  Monsieur, vous avez fait là un article de véritable salaud et j’ai le regret d’être totalement d’accord avec vous » : c’était une amorce de  prise de conscience !

Cette semaine, Didier Goux fut avec sa vidéo, comme une madeleine et un révélateur : bon sang mais c’est bien sûr : j’aimais Lauzier quand j’étais de gauche parce que j’étais déjà de droite.

J’étais un agent secret de l’empire du mal avant même d’en avoir conscience.

 

Et maintenant, j’avoue tout, je reconnais tout et, comme un membre d’une sorte de   méchantopride, je dis aux gauchistes : je suis le monstre que vous combattez et je vous emmerde. En plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans autobiographie
commenter cet article

commentaires

kobus van cleef 19/01/2011 23:49


relire voltaire , moliére ( le tartuffe , jamais démodé !) et muray
compisser les prescripteurs d'opinion
ne plus acheter de journaux
débrancher la télé ( éventuellement allumer l'ump)
voter aux primaires socialistes pour le plus nul , mais ce sera dur de l'identifier (ils sont tous nuls)
aller aux réunions électorales sans y être convié et s'esclaffer bruyamment ( ou rire grassement c'est selon)
écouter bouche bée , les bobos du quartier déballer les conneries , et , à leur interrogation "keski t'arrive ?" rétorquer " rien ....je.....non...rien"
vous lire , aussi


dxdiag.over-blog.com 20/01/2011 09:35



 j 'aime bien votre ordonnance .



manu 14/01/2011 21:58


Si tu aimes bien ce genre de vidéos (dsl pour le tutoiement), je te conseil de regarder celle-ci attentivement: http://www.dailymotion.com/video/xdvpin_larry-mcdonald-and-the-new-world-or_news


dxdiag.over-blog.com 15/01/2011 14:12



Ah, très bien, je vais aller voir celà.


Pour le tutoiement : pas de problème : ça me rajeunit!



nouratin 14/01/2011 17:25


Voilà qui fait du bien!
On n'est pas obligés de hurler avec les loups, de croasser
avec les grenouilles ni de cacaber avec les perdrix et
ainsi que vous le soulignez, on peut être fier d'une
incorrection politique dans la mesure où elle dénote
une certaine clairvoyance, pour ne pas dire intelligence
(ce qui serait encore moins politiquement correct).
Et pensez à Pépé qui doit être bien fier de sa descendance.
A bientôt.


dxdiag.over-blog.com 14/01/2011 21:22



Merci cher Nouratin : bien sûr j 'ai pensé au Pépé.... "ça" a sauté une génération!



Chris 14/01/2011 16:24


Ouuuuh ! .....mais ....c'est laborieux !!!...chemin hérissé d'embuches !!...presque pire que mon chemin de croa ....
Pratiquement , je serais une pépère sereine de la droite très droite ...une pantouflarde .....honte à moi !!


dxdiag.over-blog.com 14/01/2011 21:18



"pépère sereine de la droite très droite"


Comment peux tu croire une seconde qu’on va te croire ???



Bottle 14/01/2011 11:51


Joli parcours....belle prise de conscience....initiales BB...amour des animaux....les miennes BF....l'argent oui bien sûr....heureusement que le chemin inverse n'existe pas cela m'aura toujours
évité la tentation perverse de l'emprunter...tribord toute que diable....les yeux grands ouverts....;-)


dxdiag.over-blog.com 14/01/2011 21:08



Vous êtes gentil BF ;)  c’est un parcours assez banal en fait (mais ça m’a bien amusée de faire une mini autobiographie ) : c’est le parcours de tous ceux qui préfèrent avoir en effet …
les yeux grands ouverts...car même si la réalité est parfois moche elle vaut mieux que les illusions.