Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 15:58

trois derniers

Ces enfants sont les 3 derniers élèves indigènes d'une école allemande...ils me font sincèrement de la peine.

 

 

 

Imaginez un bassin d'eau douce.

Imaginez qu'on y mette des poissons d'eau de mer.

Imaginez que les poissons n'y soient pas à l'aise et s'agacent.

Imaginez qu'on rajoute du sel jusqu'à ce que les poissons d'eau de mer soient contents.

Imaginez enfin qu'on soit fier d'avoir "adapté" les poissons à leur nouvel environnement et qu'on croit avoir réussit à modifier - même très légèrement -les poissons.

 

Si cela vous semble stupide ou fou.

Si les conclusions de l'aquariophile vous semblent manquer du simple bon sens, sachez que c'est pourtant le genre de raisonnement que certains de nos voisins germaniques tiennent publiquement sans que personne semble t-il, n'éclate de rire ou en sanglot.

 

 

Une émission d'Arte nous vante la réussite d'un établissement scolaire Berlinois, l'école Rütli, modèle d'intégration où les efforts conjoints de l'état qui a su mettre largement la main à la poche, et la  stratégie (sic) mise en place par l'administration et les enseignants a réussit à apaiser visiblement l'ambiance détestable qui y régnait précédemment.

 

http://www.defrancisation.com/allemagne-lecole-rutli-cours-de-sport-non-mixtes-et-menus-halal-pour-tout-le-monde

 

Quelle satisfaction en effet pour la directrice et les enseignants d'avoir pu :

 

- Convaincre les mères turques de laisser leurs filles participer à une sortie scolaire...en leur promettant qu'elles seraient séparées des garçons.

- Réussir à intéresser les parents  à l'école en...valorisant leur culture d'origine.

- Promouvoir la culture allemande.... en instaurant des cours d'arabe et de turc ("destinés aux élèves souhaitant mieux maitriser la langue de leurs parents" *)

- Apaiser les tensions en cours d'EPS...en isolant les filles et en dispensant de piscine toutes celles qui le demandent

- Permettre à tous de profiter de la cantine scolaire quelque soient leurs croyances... en généralisant le halal.

 

 

 

90 % des élèves de l'école Rütli sont musulmans

De nombreuses filles sont voilées , quelques unes ne le sont pas encore mais l'une d'elle nous explique qu'une fois mariée elle le sera. Pour les autres on ne sait pas. Peut être en effet que sur l'ensemble du groupe, une des jeunes filles échappera au destin que sa famille bâtit pour elle avec la complicité naïve et satisfaite des enseignants.

D'autres élèves se réjouissent de pouvoir prier pendant les heures scolaires ( "il y a pas de raison qu'on puisse pas apprendre" nous dit l'une d'elle sans que quiconque ne relève l'absurdité de ses propos)

Malheureusement, sans qu'on sache pourquoi, bien qu'on le devine, les garçons ne sont pas interviewés et ne peuvent pas nous expliquer à quel point ils souhaitent devenir de vrais allemands.

Le seul témoignage filmé d'un garçon  est celui d'un jeune autochtone qui reconnait que c'est un peu étrange d'être un des rares indigènes au milieu d'une foule de turcs et d'arabes....mais il a plein de copains, quand même.....alors on suppose que ça va.

 

L'école Rütli est un modèle, un miracle, "le miracle Rütli "! rien de moins !

 

Elle prouve que l'intégration peut fonctionner, en "communiquant les valeurs modernes à des familles dont les traditions sont parfois archaïques"

La stratégie de communication de ces valeurs modernes consiste à transformer  une école publique allemande de façon à ce qu'elle se rapproche le plus possible d'une école confessionnelle musulmane .

Cette école "miraculeuse" n'est pas encore une véritable école coranique car  pour le moment seuls les élèves, les parents d'élèves ET les médiateurs sont musulmans.

On n'y enseigne pas encore le coran et on se contente d'en appliquer les règles.

On n'y enseigne pas encore les textes qui disent comment séparer le pur de l'impur et on se contente de séparer le pur de l'impur.

Ces élèves "intégrés" seront, nous dit-on des "allemands comme les autres".

Ce sont donc probablement les futurs enseignants de la future école Rütli.

 

 

L'intégration scolaire par coranification de l'école nous est présentée comme un remède alors que c'est un des symptômes, une preuve de plus de l'islamisation de l'Europe !

Et le pire est d'imaginer que la  vision odieuse de ceux qui transforment activement un pays en un autre au service de ses nouveaux habitants aura probablement rassuré de nombreux téléspectateurs.

 

 

 

 

 

*si un jour quelqu'un peut m'expliquer pourquoi, dans l'hypothèse  où j'aurais élevé mes enfants en Espagne, il leur aurait fallu des cours de français pour qu'ils apprennent à parler leur langue maternelle, je suis tout ouïe.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article

commentaires

Vanessa Taprendra 06/10/2011 20:34



Les 2 coms que Didier Goux a supprimés aujourd'hui étaient de moi, je donnais notamment un lien pour expliquer la position de Pakounta. Si vous avez suivi l'échange chez le Pélicastre, vous
n'avez rien perdu...


http://www.youtube.com/watch?v=uWkFtfj0qJc


 



dxdiag.over-blog.com 07/10/2011 10:46



Ah, ok! iI a supprimé aussi le com dans lequel je lui disais que c'était frustrant de voir les traces de coms ("commentaire supprimé par un administrateur du blog")....enfin, pour les gens
curieux comme moi, c'est frustrant.


Sur overblog ce qui est détruit disparait...totalement.



Vanessa Taprendra 06/10/2011 13:45



http://www.multiupload.com/PDOG0DHM6L


C'est la dernière interview de Faurisson.



dxdiag.over-blog.com 06/10/2011 14:39



Jamais entendu ce type de ma vie...mais bon, je peux tout entendre (on peut tout dire chez le docteur, hein, normalement )



Majeur 05/10/2011 10:31



Carine,


Noir sur fond Blanc ............. et vous ne l'avez pas fait volontairement !



Carine 05/10/2011 01:30



Vanessa et Pakounta:


Merci pour le film.



Carine 05/10/2011 01:25



Oops, j'ai fait quoi moi, avec le fond ? C'est tout blanc.