Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:33

discrimination-positive.png

Nouvelles règles de discrimination positive, les gars, nous devons engager des somaliens

 (....puis engager des juges de couleur, pour les juger.)

 

 


Une gambienne[i] à la tête de la cour pénale internationale.

Pourquoi pas ?

Oui, pourquoi pas... mais aussi pourquoi ?

Car je lis, que madame Bensouda, candidate unique [ii]  à la succession à ce poste possède un"atout majeur," et ce "quels que soient ses qualités et ses défauts", celui d'être africaine", ce qui lui permettra d'apporter " un peu de légitimité à la CPI en Afrique. Et ainsi d'envoyer "un  message fort aux Africains".

 

Je n'ai, bien entendu aucune compétence pour donner mon avis sur cette nomination et il se peut tout à fait que cette dame soit remarquable, mais le fait que la candidature soit unique est tout de même surprenant.

Et il me semble que d'affirmer  que des populations ne reconnaitront une légitimité à une autorité que si la personne qui l'incarne leur ressemble, les infantilise.

 

Car l'argument qui consiste à dire "la CPI n'a pas toujours bonne presse car elle est accusée d'incarner une justice "néocolonialiste, celle des blancs sur les noirs" me conduit à la réflexion suivante :

 

Soit il est exact que la justice rendue par la CPI  est injuste et en leur défaveur, et les africains pourraient le démontrer. (Et pourraient sans doute facilement obtenir l'appui de tous les antiracistes qui doivent graviter près des instances dont il est question)

Soit c'est faux et dans ce cas, si les africains se plaignent à tort d'injustice, c'est qu'ils refusent a priori les décisions prises par des blancs.

Les africains sont donc soupçonnés d'être incapables de juger des jugements en analysant leurs contenus et de se contenter d'une approche superficielle et raciale des décisions de la CPI.

 

On voit bien qu'il est plus difficile pour la CPI d'argumenter sur la probité de ses décisions que de prouver son absence de racisme en nommant une africaine à sa tête. La cour est en quelque sorte contrainte de "préférer" une tête noire, pour prouver... qu'elle ne préfère pas les blancs.

 

Je trouve bien pratique de pouvoir obtenir des avantages ( il s'agit bien de "favoritisme") en se contentant de se plaindre de désavantages sans avoir à en fournir la preuve.

 

Et est-on au moins certain que cela suffira ?

Madame Bensouda est-elle assez noire pour que les noirs lui fassent confiance ? Tous ? Même les noirs qui seraient encore plus noirs qu'elle ? (oui, ce n'est pas évident mais je suis certaine qu'il y en a).

Madame Bensouda est-elle assez ennemie avec les blancs pour que les noirs ne la soupçonnent pas de pratiquer l'Oncle-Tomisme ? (car il ne suffit pas d'être noir, encore faut-il ne pas être pro-blanc)

Madame Bensouda n'est-elle pas trop Gambienne pour que les africains non gambiens puissent lui faire totalement confiance ?( on a déjà vu des noirs ne pas s'apprécier entre noirs de différentes tribus, je vous assure)

 

Bref, est-on certain que cette fois ci, c'est sûr, les africains seront contents, qu'ils sauront que le monde entier ne s'est pas ligué contre eux pour les désavantager systématiquement ? rien n'est moins sûr.

 

J'ai longtemps cru que ce genre de "preuve" d'antiracisme qui consiste à les placer à des postes clés pourraient apaiser leur soif de reconnaissance.

J'ai cru par exemple que le fait qu'un métis noir soit devenu président des états unis suffirait à calmer leur sentiment d'être victimes.

J'entends maintenant des noirs dire que leurs compatriotes américains sont racistes parce qu'ils critiquent Obama et que le fait que sa réélection ne soit pas acquise est encore une preuve du mauvais comportement systématique  des blancs contre les noirs.

J'imagine donc bien la suite et les réactions qui ne manqueront pas de se produire si la nouvelle présidente de la CPI subit la moindre critique ou si dans quelques années on osait vouloir la remplacer par quelqu'un d'un peu moins africain.

(Et tout ça sans compter que si des asiatiques sont concernés par une accusation du tribunal pénal international et se plaignent à leur tour, nous ne saurons vraiment plus comment faire...)

 

 

En attendant, on remarquera que la technique qui consiste à accuser en permanence l'autre de racisme ou de xénophobie pour le contraindre à favoriser certains phénotypes ou à faire preuve de xénophilie systématique fonctionne très bien.

ça fonctionne pour la CPI...et pour le reste

ça fonctionne bien... et il n'y a donc aucune raison que ça s'arrête.

 

 

Nous continuerons donc, pour ce qui nous concerne,  à tenter sans fin de prouver  à nos rebeus et à nos renois français ou étrangers que nous ne les discriminons pas en les mettant systématiquement en avant, partout.

Nous finirons par donner toutes les commandes à des gens qui ne nous ressemblent pas totalement pour prouver que nous n'avons pas voulu délibérément les donner à ceux qui nous ressemblent tout à fait.

Et puis nous leur dirons : "Ah, cette fois, vous avez vu, nous avons prouvé que nous ne sommes pas racistes !"

Et c'est alors qu'ils pourront enfin, vraiment  prouver qu'ils ne le sont pas, non plus .Ah ah ah.

 

 



[i] Gambie : 86 % musulmans ! surprise surprise.

 

[ii] Cette candidature unique....permet d'attendre un vote consensuel, souligne l'ambassadeur C Wenaweser, qui dirige du processus de sélection. Non ! vous croyez ?

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

mamalilou 06/02/2012 01:25


on en aura fini avec le racisme, quand plus aucune nomination à un poste important ne fera plus l'objet d'un commentaire sur le phénotype, le genre ou la religion


ici on aura fait un rattrapage apparent sur ces trois points... mais c'est faire injure aux compétences des candidats à un poste que de systématiquement pratiquer la discrimination, qu'elle soit
positive ou négative...


nous n'en sommes pas là évidemment, il y a encore des forçages à faire, c'est contrariant


mais entre le tout racisme décomplexé voire hargneux et le tout anti-racisme coupable compulsivement ritualiste ... nous avons une grande marge d'actions bienveillantes, cohérentes et
détachées...


l'équilibre ne consistant pas forcément à gigoter d'un extrême à l'autre comme un enfant qui découvre la marche


on peut envisager de passer à l'étape suivante: marcher calmement avec un peu plus de cette élégante et nécessaire harmonie


ou bien?


cette bienpensance ô combien incontournable serait-elle encore une faux-culsserie?


notons qu'à l'extrême opposé de la bienveillante bienpensance nous avons sûrement la malveillante malpensance... à méditer...

dxdiag.over-blog.com 06/02/2012 08:52



Oui, je vous comprends...moi aussi j'ai eu ma période centriste.


J'ai cru que si on ne tenait pas compte des phénotypes, tout le monde serait content.... non seulement ça ne suffit pas, mais l'antiracisme devient une obsession : tout n'est analysé, pensé qu'en
fonction de cela...avec le blanc dans l'eternel position de l'eternel descendant des descendants des racistes, perpétuellement accusé.


Alors maintenant parfois, le blanc sympa en a marre et il devient moins sympa  et il dit merde.



Pippa 09/12/2011 15:27


"Je me souviens très bien, pendant mes étude de spécialité, de deux Noirs, diplômés (de quelle fac, seigneur ?), la quarantaine, qui suivaient les mêmes cours mais qui étaient de
parfaits imbéciles..."


 
J'ai des amis africains, rentrés travailler chez eux depuis longtemps, qui ont fait l'Ecole de la Magistrature pour l'un et l'ENS pour l'autre ; franchement ils étaient parfaitement au
niveau.

 Et je crains qu'en matière d'imbéciles, nous soyons largement fournis, avec de quoi exporter sans problème !


 


 

Armand 07/12/2011 16:41


Lorsqu'un blanc prône l'antiracisme, c'est en sa défaveur et en faveur des autres. Lorsqu'un noir prone l'antiracisme c'est toujours en sa faveur si bien qu'on peut se poser des questions sur la
noblesse de ses sentiments. Lorsque le noir qui se dit antiraciste devra défendre les blancs car ce sont eux qui seront discriminés, le sera-t-il toujours ?


 


Bref un noir antiraciste n'est pas forcement un type bien, car il agit en fonction de ses intêrets et contre ceux des autres. Nous verrons...

dxdiag.over-blog.com 07/12/2011 22:56



Totalement de votre avis Armand. Je compte bien faire un billet la dessus un de ces quatre : En  quoi des gens dont l'action consiste à défendre leur propre cause prouvent ils
leur générosité ?



Mat 06/12/2011 23:46


Le fond du problème, c'est quand même qu'elle ait obtenu sa position en raison de ses origines. De la part d'une officine qui se veut égalitaire et universaliste, c'est un peu se tirer une balle
dans le pied. Mais on n'est plus à ça près.

dxdiag.over-blog.com 07/12/2011 09:04



Je me demande même quel est l'avenir du TPI....c'était une bonne idée au départ mais là, ils vont être à la fois débordés, soumis à des pressions (internes ?) : ça sera intenable à long terme.



Pakounta 06/12/2011 14:02


Je suis pas convaincu... Rien que des fonctions de procureuse-accusatrice en Gambie (au pays des aveugles, les borgnes sont rois) et dans des structures internationales où c'est évidemment sa
noircitude qui l'a fait progresser, par la volonté des Blancs coupables de tout.


Et un seul titre, une maîtrise (de droit maritime). A quelle fac ? Dans quel pays ? Et depuis quand une maîtrise fait-elle de sa titulaire un "expert" ?


Je me souviens très bien, pendant mes étude de spécialité, de deux Noirs, diplômés (de quelle fac, seigneur ?), la quarantaine, qui suivaient les mêmes cours mais qui étaient de parfaits
imbéciles...

dxdiag.over-blog.com 06/12/2011 20:46



La bonne nouvelle c'est que normalement, si tout se passe bien, nous ne devrions pas nous trouver concernés directement par les décisions de madame le procureur de la  CPI....
(à moins que de dire qu'on a connu deux cons très noirs, ou deux noirs très cons, à la fac soit un crime contre l'humanité )