Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 14:56

education-canine.png

                                                               Faire attention, très attention....

 

 

 

Je vais vous conter aujourd'hui  une petite anecdote sans importance, et dont personne ne peut rien conclure, mais avec laquelle  je vais me permettre de faire un billet de blog en exploitant honteusement les faits et en allant jusqu'à en tirer des idées générales ( à la façon d'un sociologue fou)....mais je fais ce que je veux sur MON blog, non ?

 

Monsieur Dixie, qui, vous le constaterez n'est pas un affreux macho, a pour habitude de compléter lui même les courses de ravitaillement de la  semaine en s'arrêtant au supermarché du bourg pour remonter notre stock de chocolats et de yaourts lorsqu'il lui parait trop bas.

Hier soir, à l'heure proche de la fermeture, il s'approcha d'une des deux seules caisses qui paraissaient ouvertes et s'apprêtait à déposer sur le tapis roulant les quelques sucreries qui condamnent d'avance mon régime, lorsque la jeune femme qui tripotait la caisse enregistreuse l'informa que "non monsieur c'est fermé".

Qu'à cela ne tienne, il s'empressa de se décaler de quelques mètres et de se placer derrière un autre client qui attendait son tour à une caisse un peu plus loin.

C'est alors qu'une dame de couleur ( de celle qui plait tant à monsieur Lozes) s'approcha à son tour de la caisse d'où mon mari venait d'être "exclu" et qu'à la grande surprise de celui ci, la caissière s'empressa de remettre en route le mécanisme roulant afin de scanner les achats.

La caisse cessa donc momentanément d'être fermée, le temps du  passage de la dame noire, qui se fit rapidement et sans encombre, lui permettant de sortir aussitôt du magasin.

 

Le client qui précédait mon mari, témoin de la scène se retourna vers lui  en haussant les sourcils, et ce dernier interprétant justement ce message non verbal s'adressa à lui : " que voulez vous, avec moi elle était certaine de ne pas risquer d'être accusée de racisme", ce à quoi l'inconnu lui répondit " On n'en peut plus, on en a trop marre!"

 

Mon interprétation suit celle de mon conjoint : j'imagine que la caissière n'a tout simplement pas osé refuser d'encaisser les achats d'une femme de couleur, craignant sans doute que celle ci, ne l'ayant pas entendu dire à d'autres qu'elle avait fermé la caisse, interprète un refus comme une marque de discrimination.

Le fait que les deux femmes n'aient pas échangé deux paroles semble exclure qu'il se soit agit d'un arrangement "entre amies".

 

 

L'obsession de la race, induite par les professionnels de l'antiracisme atteint désormais des sommets et nous avons je pense tous plus ou moins compris que non seulement il n'est pas question de ne pas traiter les minorités visibles moins bien que les majorités pâlottes, mais que nous avons intérêt à manifester à leur endroit les plus grandes précautions oratoires et des comportements particuliers d'évitement de conflits.

 

Même si je l'ai déjà raconté mille fois, et que je prends donc le risque  de radoter, je rappelle que c'est vers 1980, que je reçu mon baptême de "Raciiiiste !" en voulant simplement empêcher un grand noir de doubler la file d'attente au restaurant universitaire.

A l'époque, j'avais à peine remarqué la couleur de cet étudiant, tant à mes yeux c'était un détail infime, et rien ne pouvait me faire imaginer que cette posture ridicule du tricheur contrarié prendrait des proportions telles que la société toute entière en serait modifiée.

 

Comme des chiens bien entraînés, nous avons collectivement appris qu'il ne faut chagriner en rien une certaine catégorie de la population si l'on veut  (à court terme évidemment) avoir la paix.

Ayant de force subit une sorte de  "thérapie comportementale" en guise de dressage, nous savons ce qu'il ne faut pas faire pour risquer de contrarier les visibles : ne leur adresser que très peu la parole si ce n'est pour les complimenter, et surtout, oublier la couleur qu'eux revendiquent pourtant en permanence, mais  tout en en tenant compte.

Bref, leur  tenir la porte " ah, vous êtes...euh, je vous en prie : passez".

 

 

A moins....à moins que la caissière, reconnaissant en la cliente une martyre de la colonisation et de la traite négrière, ne se soit dit in petto " mon dieu, la pauvre, avec tous ce que nous, les blancs, avons fait subir à son peuple qui a tant souffert, on ne va pas, en plus, imposer cinq minutes de queue à cette victime". Mais c'est une autre hypothèse.

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans autobiographie
commenter cet article

commentaires

Barbara 21/03/2012 21:14


Excellent, oui, mais ce gag a déjà été utilisé dans Lucky Luke !

NeverMore 21/03/2012 20:09


De notre envoyé spécial sur place à l'étage du tueur (de la nécessité d'éloigner la presse)


"La police est sur le palier, un policier tente de voir à l'intérieur de l'appartement, il colle son oeil à l'oeilleton de la porte d'entrée"


"Ah mais que se passe t'il ? Un coup de feu, le policier a reçu une balle dans  l'oeil, mais comment est ce possible ?"


 

dxdiag.over-blog.com 21/03/2012 20:52



Excellent !


 



vryko 21/03/2012 19:28


L'essentiel là dedans c'est de ne pas faire d'amalgames.


 


Lpecnaude, si je comprend bien un mec qui en tue un autre  pour une cause X ou Y n'est pas humain ?


 


C'est rétroactif votre truc ?


 


Parce que cet argumentaire me file une grosse  envie d'aller faire mon nauséabond sur le papa spirituel des mouslims et donc de notre martyr en culotte courte.


 


D'un autre coté, je vous accorde que ce serait quelque peu stigmatisant et indigne du vivre-ensemble républicain.

Carine 21/03/2012 19:07


Salut Dixie !


T'as eu raison de tes microbes ? Voilà comment on est, nous ! On se bat !


Et on gagne, accessoirement.


Pecnaude ne soutient pas l'immigration illégale. C'est cool, hein ?


Elle ne la soutient pas, donc elle n'existe pas.


L'iimigration légale et l'islamisation ont encore de beaux jours devant elles. Mais bon, il peut y avoir des sursauts.


Bisous !

dxdiag.over-blog.com 21/03/2012 20:51



I will survive !!!


Je boude la Pec !


Tu as vu aussi son com :


"Croyez vous que vous arriverz aux 100 commentaires DxDiag ? Je fais ce que je peux."


Elle m'a déjà fait le coup du "zêtes contente j'ai fait monter vos coms"


Elle n'est pas censurée, donc elle cause, on lui répond, elle répond, et puis elle se fout de ma gueule parce que je suis soupçonnée (le soupçon, un truc de "gauche") d'être contente de dépasser
mon record de coms grâce à sa présence.



NeverMore 21/03/2012 18:59


A propos d'ordures (désolé pour les répétitions).


Au moins, avec cette affaire, on sait (on voit), parmi les politiques et les médias qui sont les vraies ordures.


Pour ce qui est des tueurs, on savait déjà, c’est mondialement connu, malgré les efforts de nos ordures locales pour camoufler la vérité.


Note : c'est le grand bordel dans les rédactions  pour nettoyer toutes les ordures écrites imprudemment par d'autres ordures (chacun sa "part" - euphémisme) et retordre les articles qui se
préparaient à "une bonne nouvelle" (pas de pot, le parachute ne s'est pas ouvert, et au lieu d'un bon para blond aux yeux bleus et au bras tendu, c'était juste un frêle maghrébin avec un sac
à dos).