Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 10:07

guimauve.png

 

 

 

Il était une fois une dame noire très jolie ( enfin je n'ai pas vraiment trouvé mais "ils" l'ont dit) qui est poursuivie par des policiers français très méchants jusque dans les toilettes d'un supermarché.
Comme il y a justement Franck Dubosc qui se lave les mains, il aide la dame noire à se cacher et c'est là qu'on voit un policier qui lui est gentil car il est tout noir et très grand et qu'il dit à Franck Dubosc qu'ils cherchent "une dame noire très jolie "( qu'est ce que je vous avais dit!).
Quand les policiers sont partis Franck Dubosc dit à la dame noire qu'elle est très jolie ( alors, vous voyez) et que si elle a besoin de quelque chose il est descendu à l'hôtel et tiens voila sa carte avec le numéro de sa chambre.


Après la dame noire va voir Franck Dubosc dans sa chambre d'hôtel et on ne voit rien mais moi je suis  sûre qu'ils ont fait des bisous.

Après c'est le matin et la dame est partie et elle a laissé un message dans une des chaussures de Franck Dubosc. Pour trouver l'autre il doit aller dans une autre chambre et il y va et c'est là qu'il trouve un petit garçon noir et blanc ( mais pas à carreaux : les couleurs sont mélangées).
Le petit garçon est très mignon ( là, j'étais d'accord) et la dame qu'on ne voit plus, c'était sa maman, et en plus elle a laissé un message  "s'il vous plait,  amenez mon garçon chez le père qui est à Marseille".
"Ah non alors ! ", dit Franck Dubosc !" j'ai du boulot alors je te ramène à ta maman, tiens en plus j'ai trouvé l'adresse sur ton sac à dos".

Ensuite Franck Dubosc emmène le petit garçon chez lui mais la maman n'est pas là non plus, et c'est chez les pauvres et il y a un papier où c'est écrit " avis de reconduite à la frontière" et Frank Dubosc dit " ah merde ! ".
Un méchant monsieur arrive et dit " moi j'men fous de la maman du petit garçon marron je veux juste l'argent du loyer" alors ils partent en courant ( Franck Dubosc et le petit garçon mignon) et ça tombe bien parce que des méchants policiers fouillent tout l'immeuble et emmènent les pauvres dans des camions et ça donne envie de pleurer comme quand on voit des films avec des nazis.


Ensuite c'est très long, un peu comme un film japonais (mais "L'été de Kikujiro" c'était beau beau beau, et là c'était long long long).


Franck Dubosc et le petit garçon très mignon traversent toute la France et rencontrent plein de gens bizarres mais très gentils. Chez un des gens très gentils on voit les infos à la télévision et ça dit que "des clandestins qui voulaient aller en Angleterre ont été poursuivis pas la police française et même qu'en plus un sans papier est mort".

C'est là que je n'ai pas compris que c'était une sans papière qui était morte et qu'en plus c'était la maman du petit garçon mignon.


A la fin ils arrivent à Marseille chez "le père".
Il y a une vieille déguisée en musulmane qui ouvre la porte et c'était la bonne du curé, parce qu'en fait Franck Dubosc avait cru que c'était le père du petit garçon qui était à Marseille, alors que c'était un "Notre Père".


Ensuite le curé gentil qui connaissait la maman du petit garçon dit qu'elle était très  courageuse et qu'elle s'est sacrifiée pour son petit garçon.
Car lui, le père-curé il avait compris que c'était la sans papière maman du petit garçon mignon qui était morte aux informations, alors il explique ça à Franck Dubosc.


Mais Franck Dubosc dit " non non non, pas question ! je ne peux pas m'occuper du petit garçon mignon, j'ai du boulot" et il s'en va.
Juste après il revient et ils partent ensemble ( Franck Dubosc et le petit garçon mignon) et ils vont aller acheter un rehausseur pour la voiture.


Et tout le monde est content, même le petit garçon à qui on vient de dire " bon tu sais ta maman qui était partie en voyage et bien elle reviendra jamais" alors on peut dire que ça fini très bien.


C'est alors que tout le monde s'est levé et  m'a dit :
 " Mais enfin!!!!! pourquoi tu nous as mis ÇA !!!!!!!!!"
Et j'ai répondu " Eh ! C'était pour changer, euh.... et puis en plus si vous n'êtes pas contents, et bien les films français vous n'aurez qu'à les téléch acheter vous mêmes, zut à la fin".
Ensuite j'ai dit " Bon , et bien j'irai ennuyer les autres avec ça sur le blog et voilà".
Donc c'est fait.


Bon, en tout cas je finis par me dire que la propagande, aussi, c'était mieux avant...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans propagande
commenter cet article

commentaires

em 04/08/2012 19:38


Je ne suis pas d'accord avec vous. Je pense au contraire que ces réalisateurs sont d'effroyables racistes ou, à tout le moins des représentants d'un paternalisme qui vire au néo-colonialisme.


Traditionnellement le cinéma Français chiant d'auteur montre un héros qui souffre d'une tare impossible à combattre (sida, cancer en phase terminale, être une
femme). Aujourd'hui le héros souffre de son altérité. De la à considérer qu'ils comparent le fait d'être divers à
une maladie, il n'y a qu'un pas. Doit-on le franchir? J'vais m'gêner. Qui à la fin sauve l'autre? Qui accepte de changer? Qui veut démontrer qu'il est un européen comme les autres alors qu'il ne
demande pas à être ça?


Des racistes qui rappellent les HLPSDNH cette nouvelle vague de cinéastes.


 

dxdiag.over-blog.com 04/08/2012 22:39



Votre analyse est astucieuse : souvent le gauchiste est piégé par ses contradictions. C'est un jeu bien agréable que de le coincer sur ce terrain.
Ceci dit, "on" pourra aussi vous rétorquer que si le divers est considéré par le cinéaste comme une sorte de  malade, c'est bien nous qui sommes l'agent
pathogène.
ça tombe d'ailleurs très bien puisque nous sommes en cours d'éradication...euh de traitement 



Carine 03/08/2012 09:50


Je me souviens que l'accueil qu'avait fait Zemmour à ce film "Welcome", chez Ruquier ^^


Un grand moment.

dxdiag.over-blog.com 03/08/2012 10:40



Encore un truc que je n'ai pas vu : je déteste tellement la voix de Ruquier que j'ai raté presque toutes le vidéos de ses émissions.



Koltchak91120 03/08/2012 00:15


Pfff ! C'est de la rigolade votre film. Le héros c'est rien qu'une couille molle qui ne prend aucun risque, qui aimerait bien reprendre le cours de sa vie grossièrement interrompu par une
histoire qui ne le regarde pas. Et en plus il ne prend strictement aucun risque.


 


En revanche, "Welcome" c'est du lourd et puis il y a Vincent Dindon. Ca c'est un acteur. On sent tout de suite le type écorché vif, brisé par le départ de sa femme, ému par le sort des
sans-papiers qui réveillent sa conscience sociale et sa fibre humaniste.


http://koltchak91120.wordpress.com/

dxdiag.over-blog.com 03/08/2012 10:31



Je n'ai pas eu le courage de regarder celui là. (Vincent Lindon ne m'ayant jamais fait rire contrairement à Dubosc : http://www.youtube.com/watch?v=JC_zJp0FLa8)
Ni "le
Havre " non plus, au vu de l'affiche.





pierre 02/08/2012 18:21


Je conseillerai mon copain rachid, de frederic mitterand.


Un must-have seen!

dxdiag.over-blog.com 03/08/2012 10:28



Ah, celui là !!!! lui, il me donne vraiment envie de pleurer (la musique y est peut-être pour quelque chose)....


http://www.fdesouche.com/70467-mon-copain-rachid


 



kelevra 02/08/2012 10:08


pourquoi me demandez vous si j ecris depuis la brousse, georges?