Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 19:46

DSM.jpg

                                  Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders

 

De même que les maladies infectieuses ont une histoire, les pathologies psychiatriques évoluent. Au gré des modifications sociétales, les symptômes des désordres mentaux peuvent varier, et il arrive que des maladies  nouvelles apparaissent, formes émergentes ou évoluées d’autres troubles.

C’est ainsi que depuis quelques années, une forme assez inquiétante de délire s’est mis à toucher nos contemporains : la réalitophobie.

 

  1. Description :

Le patient réalitophobe refuse d’admettre les faits qui sont présentés devant lui lorsque ces derniers concernent un certain nombre de sujets.

Par ailleurs, le patient ne souffre pas, il est capable de mener une vie à peu près normale : se rend à son travail, fait du sport, a bon appétit. Rien dans son apparence ne trahit son état délirant.

Les symptômes apparaissent lorsque le réalitophobe est exposé au contact de  certains chiffres, documents, films, photos d’un certain type. Le patient repousse les documents et tourne la tête. Parfois il nie même les avoir devant lui.

Le délire s’explique par une peur panique devant certains faits (d’où le nom de la maladie)

Comme dans la plupart des délires, le patient n’a absolument pas conscience de son état pathologique et c’est un des membres de son entourage, en général, qui prend en premier conscience du problème.

Ainsi c’est parfois un fils inquiet pour sa mère, une femme anxieuse de l’état de son mari, un ami désemparé qui alerte : le patient, bien que non isolé ni privé de communication et d’information, tient des propos aberrants et les maintient y compris devant des documents lui pouvant son erreur.

Alors même que ses sens et ses fonctions cérébrales semblent fonctionner normalement il prononce des phrases tout à fait étonnantes :

« L’islam est une religion de paix et d’amour ».

« Les immigrés sont là pour faire les travaux que les français refusent et il n’y a pas de remplacement de population ».

«  La plupart de musulmans ne seront pas favorables à l’instauration du Dar al islam même s’ils sont très nombreux, voire majoritaires »

Parfois le délire prend une forme encore plus terrifiante et le réalitophobe affirme :

« L’islam est l’ami de la diversité religieuse » sic

 

Comme dans de nombreux délires, le patient tire certains bénéfices secondaires de ses symptômes. En général il est très satisfait de lui et pense « je suis vraiment un humaniste très sympa ».

 

  1. Diagnostic différentiel :

Isolement sensoriel total : le patient ne sait rien, n’est au courant de rien car privé de tout contact ce qui explique qu’il dise n’importe quoi.

 

Incapacité intellectuelle majeure : le patient ne comprend rien à quoi que ce soit et se contente de répéter des propos incohérents.

 

  1. Evolution et traitement :

Malheureusement, la plupart du temps, le réalitophobe  vit en petits groupes au milieu de gens tout aussi malades dont les délires s’entretiennent. Les symptômes se cristallisent : la maladie devient quasiment incurable.

Le délire prend fréquemment une dimension paranoïaque à mesure que la maladie s’installe : le patient accuse alors ceux qui  énoncent les faits d’être des sortes de monstres.

On  a décrit quelques cas de guérison à la suite de la lecture du blog Riposte Laïque mais il est souvent préférable de le prescrire à petites doses, le patient étant incapable de supporter une trop grande quantité d’informations factuelles d’un coup.

Quelques guérisons miraculeuses ont été décrites après immersion du malade dans le 9-3 mais il s’agit d’un traitement à haut risque d’effets secondaires, pouvant difficilement être généralisé.

 

  1. Le point sur la recherche :

Les causes de la réalitophobie sont discutées.

Pour certains elle ne serait que la forme évoluée et mutante de la cocomanie qui a sévi pendant une partie du 20 ° siècle. La pathologie était assez ressemblante dans ses symptômes mais la forme en était toutefois  moins grave car  la mise en présence de survivants du goulag ou de photos de charniers khmers rouges avait  une certaine efficacité thérapeutique à l’époque.

Une autre hypothèse de travail est que les bénéfices secondaires à se trouver super-sympas seraient tout à la fois une étiologie directe  du délire et un des facteurs de  résistance au traitement.

Seule une véritable étude épidémiologique pourrait nous donner les clés de compréhension de la réalitophobie.

Pour le moment on a pu faire apparaître une certaine corrélation avec la lecture de libération et le contact avec des socialistes, en particulier Martine Aubry, sans qu’une véritable relation de cause à effet soit prouvée.

Une certitude : cette nouvelle forme de délire mérite toute notre attention et devant la gravité de ce mal, toutes les innovations thérapeutiques seront les bien venues.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans médecine
commenter cet article

commentaires

Carine 02/02/2011 12:21


C'est le saindoux qui les choque. A quand le saindoux hallal?


Obsédé Textuel 01/02/2011 20:49


Allons bon, mais quel est donc ce tintamarre chère Dame Dixie. !!
Je pars humer la tourbe moussue des Highlands, la brume marine d'aurore, et partager la part éthérée des anges planant sur de robustes foudres de chêne de pur malt chez Talisker au bord de l'île de
Skye et voilà... Dès que j'ai le dos tourné que vous vous dissipez au fond de notre bac à crou..... à sable préféré !

Bien sûr, des gamins nous sommes ! Des mots en bois sauvage et rugueux. Coluche en fut... Donc conformément à la mode en cours, forcément innocentes victimes.
Merci à Suzanne notre vénérable surveillante, sympathique distribueuse de bons points (et de mauvais) d'avoir promptement ouvert sa mémoire importée de chez Larousse pour nous préciser l'origine
suisse du mot incriminé.
( Du vaudois (Ouest de la Suisse) qui veut dire gamin. Le merle moqueur)
Toute autre acception n'a pu qu'être hors sujet, est-il besoin de le préciser !

Pour une fois, où pour m'essayer au commentaire, que je ne puise pas dans mes encyclopédies de la gaudriole fleurie, me voilà fort bien servi. Et je ne peux que rendre grâce à Carine, Mash pour
leur présence d'esprit et leur talent d'argumentation que je ne saurai égaler.
En effet il est des moments comme çà, où on sent bien que notre vieux pays peut basculer un de ces jours, alors on se plait à regarder les gens quelque soit leur origine ou leur situation sociale,
juste comme çà.
Les résistants véritables avec une âme forte, au regard droit, avec des tripes bien accrochées autour de leur raison et de leurs rêves ne se détecteraient-ils pas parmi ces femmes et ces hommes
capables de donner de leur temps et de leur plume pour défendre un inconnu sur cet adorable blog..... que les catholiques du dimanche ne sont pas forcés de lire sous peine d'être délicieusement
choqués.

Mais je divague. Puisque nous serions tous résistants. Là c'est très new correctness !
Croyez bien qu'il n'est pas dans mon intention de faire de la discrimination de résistant. Imaginez l'injustice si on avait fait la différence en 1944-45 entre ceux qui avaient juste une tendresse
gaulliste au mains propres, histoire de ne pas tacher leur carnet d'adresse socialo-pétainiste; ceux qui ont traversé la Manche et qui ont serré la main du Général au tea time, et ceux qui ont
quitté le futur président pour aller traverser à nouveau les armes à la mains.


dxdiag.over-blog.com 01/02/2011 21:59


Ah quand même !!!! Vous voilà : Voyez dans quelle misère nous sommes…nous avons eu un contrôle sanitaire et nous voici condamnés, hors du beau et millaud, à nous vautrer dans la fange pendant que
d’autres se battent à mains nues mais gantées de blanc pour lutter contre la disparition de l’occident.


Mash 01/02/2011 20:15


à l'invitation de suzon-prout-ma-chère,je me suis rendu sur son blog baptisé "le merle moqueur"lequel ne mérite que des sifflets.
Pour ceux qui seraient tentés par l'aventure,je leur conseille de le parcourir d'un derrière distrait,tant on se l'y pète grave et que l'humour et la distanciation semblent absents.
Si tel était l'objectif,bravo et encore une fois prout ma chère!


Carine 01/02/2011 15:21


Suzanne:
je vous réponds en mon nom hein, pas en celui de notre hôtesse qui le fera probablement elle-même; même si vous ne lisez pas les réponses, ce qui m'étonnerait de votre part.

Je vous fais simplement remarquer que ce que vous dites ici:
"des menaces de vous filer des balles dans la peau", même si je me sens visée parce que les 12 balles enduites de saindoux, c'est de moi, en effet et cette idée n'a pas l'air de bien vous plaire,
je n'en ai jamais menacé les musulmans, encore moins les Arabes.
C'est seulement le traitement juste qui me semble correspondre à ce que méritent les gens qui nous vendent.
Je n'ai pas besoin de faire de Didier Goux un rempart, mais si je l'ai bien compris, il pense exactement la même chose. J'en veux pour exemple, mais il l'a souvent dit et redit:

" Didier Goux a dit...
Oh mais ce n'est même pas après les islamistes que j'en ai, mon cher Jacques Étienne ! Après tout, le Hamas, le Hezbollah ou encore les Frères musulmans jouent leurs partitions respectives. Non, ce
qui m'écœure, c'est la bassesse morale et l'appétit de tyrannie de nos génuflecteurs patentés."

Quand c'est Didier qui le dit, c'est très bien, quand c'est nous, ou moi, c'est très mal.
Bon, pas grave. Ils parle des blogueurs porte-flanelle, j'inclus évidemment dans le terme générique de "collaborateurs" nos "élites" dirigeantes et médiatiques. Je ne dis pas "intellectuelles", car
Dieu merci, certains, trop peu nombreux encore, sauvent l'honneur.
Je suis parfaitement d'accord avec lui sur ce point:les musulmans ont pour vocation de musulmer, de s'épandre dans le monde qui n'est pas encore assez grand pour leurs appétits de conquête. Ceux
qui sont le plus méprisables et haïssables sont ceux qui leur pavent un boulevard, et je ne vous fais pas le reproche de faire partie de ceux-là, car ce serait faux et idiot.
Je sens bien que je fais partie des "abrutis manichéens" dont vous parlez souvent sur votre blog, et que pour vous le monde est plus subtil.
Plaise à Dieu que vous ne soyiez jamais démentie.


Suzanne 01/02/2011 12:48


Bon, avant toute choses, ce sera mon dernier commentaire. Quoi que vous répondiez, je ne reviendrai pas, je n'aime pas m'imposer (surtout avec de longs paragraphes) chez les gens qui se passent
très bien de moi et ne m'ont rien demandé. (Quelle bonne immigrée je ferais, n'est-ce pas ?)

J'ai lu quelques billets de votre blog avant d'intervenir, pas tous, et quelques-uns de vos commentaires, pas tous non plus, et je ne serais pas venue vous ennuyer avec mes sermons d'institutrice
si je n'avais pas cru comprendre que l'objectif de votre blog était d'essayer d'ouvrir les yeux sur les dangers de l'islam a des porteurs de lunettes roses. Vous parlez des "indécis" qu'il faut
convaincre. Votre billet sur la réalitophobie est plutôt pas mal, vous avez la plume alerte, le commentaire bien troussé, bref.
Je ne vais pas vous ennuyer davantage sur votre blog, parce que je suis d'accord en grande partie avec ce que vous écrivez sur l'islam sauf que... la petite partie qui reste, elle est
incompressible, et elle l'est aussi, le sera, le restera, pour la plus grande partie de ce que vous nommez "les indécis".
Ce terme concerne, si j'ai bien compris, ceux à qui on ne la fait plus avec la religion de paix et d'amour et tous les efforts qu'il nous reste à accomplir pour que nos frères et sœurs se sentent
encore plus chez eux chez un nous qui, s'il est bien pour eux, le sera de moins en moins pour nous.
Alors, ce n'est pas que vous m'énervez et que je cherche des prétextes, comme le dit un de vos commentateurs sur mon blog. Jalousie de bonnes femmes, combat seins nus dans la boue, elles sont pires
que les mecs... évitons, hein.
C'est qu'il y a une barrière, un seuil, une frontière, que les gens comme moi qui ne sont pas réalitophobes, justement, ne franchiront pas,. Je vais lâcher les grands mots: c'est celle du racisme,
celle des termes dégradants, des menaces de vous filer des balles dans la peau ou de vous saigner, c'est une retenue qui n'a rien à voir avec de la préciosité ou de la lâcheté. Je comprends que ce
soit facile d'essayer de réduire à cela ce type d'objection, mais que vous persistiez montre justement que vous ne prenez pas en compte la réalité et la solidité de certaines opinions. Il y a le
dégoût devant la basse fosse d'une partie des commentaires de chez François Desouche, que l'on retrouve très bien chez vous (et d'autres) en éventail réduit, que ces commentaires soient écrits en
français dysorthographique de colleur d'affiche du FN, en diatribes pleurnichardes de catholiques extrémistes de la dernière heure et d ela France d'avant ou en sous-Rebatet infatigablement
ressuscité de "je suis partout".

Bonne continuation !


dxdiag.over-blog.com 01/02/2011 20:31



merci.