Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 19:29

planete bleuejpg

 

                                                                                       Je suis là

 

La cartographie de l’extrême droite : une sorte de GPS pour nébuleuse.

On vient de me prévenir,

j 'y SUIS !!! Yessssss!

Un sale petit morpion bleu accroché par 3 fils : l’un  à une plume  de pélicastre, l’autre à  un plouc émissaire et le troisième, perdu dans une pelote, qui reémerge chez Rebellitude et compagnie . Que mes trois bienfaiteurs en soient sincèrement remerciés...

 

Vous vous rendez compte de la promotion : moi une fille de profs socialistes avoir réussi à me sortir du déconditionnement à ce point !

C’est pas de la déconstruction ça madame ? Du mouvement quasi révolutionnaire : révolte contre le père, remise en cause des traditions, mise à plat des idées reçues, retour aux fondamentaux…

Tiens, je suis tellement fière : ce soir ce sera apéro !

 

A cet esprit révolutionnaire, s’ajoute probablement   le retour du refoulé, la montée en graine des messages discrets délivrés par mon grand père, comme ça, l’air de rien, entre deux.

A toi je lève ce verre mon Pépé !

 

 

Vous me direz : pas forcement de quoi être fière d’être classée dans l’extrême droite.

Autrefois à l’époque où les choses étaient claires  ( facho = salaud= nazi ) j’aurai sans aucun doute été d’accord avec ça, mais à l’heure d’aujourd’hui, comme on dit , la définition du terme a tellement changé que je crois qu’elle désigne seulement ceux qui ouvrent les yeux.

L’extrême droite maintenant ça désigne aussi des gens qui traquent les contradictions du discours dominant et sont islamophobes comme on serait anticommuniste.

Ça désigne des gens qui se contentent d’affirmer qu’une modification trop rapide et trop importante de la composition d’un produit change le produit. Que si on ajoute de la javel dans une boisson… ça aura le goût de la javel même s’il y avait de la grenadine au départ.

 

Et surtout, la définition de l’extrême droite est telle que pour ne pas en faire partie, il faut être carrément de l’autre bord, du bord des xénoperméables, de ceux qu’anime un amour systématique et inconditionnel de ce qui vient d’ailleurs, ce qui les rend probablement généreux mais certainement pas raisonnables.

Alors donc s’il faut choisir : je préfère et de loin être avec les moins dingues.

 

 

PS :

J’en profite pour vous faire part d’une petite réflexion qui m’est venue.

Vous avez probablement remarqué que, beaucoup de gens politiquement à droite, venaient de la gauche.

Connaissez vous quelqu’un qui ait fait la démarche inverse ?

Il me semble que non…

J’ai bien une hypothèse…. mais j’attends les vôtres   (eh eh  comment pousser discrètement ses lecteurs à commenter ....)

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans autobiographie
commenter cet article

commentaires

Kisuisje 06/01/2011 11:43


Qui donc a pu aller de la droite vers la gauche ? Mais voyons, même si il n'était pas vraiment de gauche mais bêtement opportuniste, ne pourrait-on dire que François Mitterand fut de ceux-là. Le
seul ?


dxdiag.over-blog.com 06/01/2011 18:52



mais oui ! bien sur ! Mitterand !... son coté promitterandien avant tout m a fait oublier son parcours.



mash 28/11/2010 11:22


à Obsédé Textuel
tout à fait d'accord


Obsédé Textuel 27/11/2010 23:27


à Mash
Je m'aperçois que j'ai été incomplet dans ma réponse à votre question.
Le système de la micro entreprise me parait basé sur un concept boiteux très français. On a voulu faciliter l'accès à la création d'entreprise tout en restant dans le socialisme.

A l'instar des auto-entrepreneurs qui sont très limités dans leur chiffre d'affaire ou leur bénéfice, pour les faire retomber rapidement dans le système habituel.
C'est juste une façon de retarder le coup de massue !
Bref c'est un piège.
Reconnaissons-le, pour entreprendre en France il faut d'abord avoir les reins solides et disposer d'un capital de garantie qui ne profitera pas à l'investissement.
C'est dommage.


mash 27/11/2010 21:07


à Obsédé Textuel
j'ai utilisé le terme de phobie dans son sens commun,issu du grec phobos:c'est à dire une peur qui débouche sur une souffrance psychique,et non dans l'acception psychiatrique du mot.
Il est vrai que les charges font peur et dans mon cas personnel,exerçant une profession libérale depuis 1980,j'ai pu en mesurer toute leur"réalité" et toute leur scélératesse


Obsédé Textuel 27/11/2010 19:48


Raison « - des missions telles que la santé, l'éducation, la sécurité doivent être gérées par l'état ( sous quelque forme qu'il soit ) car il faut bien gommer les diversités ( celles qu'on
aime, hein !) de notre territoire. »

L'Etat garant ce n'est exactement cela. Les hôpitaux étaient privés majoritairement en France avant guerre, personne ne s'en plaignait, aucun n'était déficitaire.
De même aujourd'hui. Comment expliquer qu'une opération d'appendicite coûte non pas le double, ou le triple; mais 10 à 12 fois plus cher dans le public que dans une clinique privée ??
Il en est de même pour l'éducation....
La solution de l'Etat garant consiste à définir un cahier des charges détaillé (pour éviter les dérives), les objectifs à atteindre et à contrôler les résultats selon une périodicité bien définie
pour tous les établissements (égalité en droit).

En cas de carence, les sanctions peuvent aller d'un simple avertissement jusqu'au retrait de l'agrément de l'Etat pour exercer; que ce soit un hôpital, une école ou bien des entreprises à service
public.
Seules les fonctions régaliennes sont entièrement à charge de l'Etat.

Je n'invente rien, cela fonctionne dans bien des pays.... dont vous n'entendez jamais parler concernant l'endettement abyssal, la cavalerie financière et déclins en tout genre.....
Et comme par hasard ce sont les mêmes qui ne se sont pas compromis par la « crise » parce qu'ils n'ont pas souscrit aux subprimes, emprunt grec... et autres cupidités stupides de mauvais
gestionnaires !