Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 11:02

 

 

 

Savez vous qu’une information a circulé sur le net, faisant croire ,de façon parait il infondée, qu’une des dernières chansons de Pierre Perret aurait été censurée car il y parlait de la Burqa et émouvait son auditoire sur le sort des femmes entièrement voilées.

La chanson est tout à fait sympathique et le fait qu’elle ne soit pas autorisée serait effectivement scandaleux.

Je regrette néanmoins que la censure n’ait pas frappé de plein fouet Pierre Perret et sa jolie chanson et je vais vous dire pourquoi.

L’affaire se passe en deux temps.

 

1) J’essaie d’informer  des gauchistes du fait que Christine Tasin a reçu carrément des menaces de mort pour ses prises de position antiislam et ça donne ceci :

 

«  Ah mouais, c’est qui ? »

Je t’en ai déjà parlé ,c’est une prof de lettres qui lutte contre l’islamisation avec RL

« Ah ouias… bof,… c’est qui eux au fait ? »

Mais enfin !!!: ceux qui ont voulu organiser le premier apéritif saucisson pinard !

«  Ah c’est EUUUX, mais oh eh c’est des fachos eux, non ? ben si, quand même , un peu, quoi »

 

2) je ne fais rien, je ne dis rien mais ils «  apprennent » la soi disant censure de la jolie chanson et ça donne ceci :

« Ahhhhhhhh regarrrrrrrrde !!!!!!!t’es au courraaant ! non, c’est paaaaaaaaas posssssssible !!!!!mais c’est horrrrrrible….. tu t 'rends compte !!!! mais où on va, où on va, où on va….. »

 

Comme quoi, voyez, il suffit qu’un de leurs petits potes soit concerné pour que ça leur remue bien les tripes. (Ce qui démontre qu’ils ne se réveilleront que lorsqu’ils se sentiront directement en danger à mon avis).

 

Il faut dire que P Perret est depuis toujours dans le camp du bien.

Il a même écrit une des plus jolies chansons qui soit sur les conditions des pauvres immigrés d’origine africaine, je le dis sans ironie. C’est une chanson que je trouve très émouvante.

 

Enfin plus exactement que je trouvais émouvante jusqu’ au jour où j’ai entendu A finkielkraut en parler (vous, ça suffit dans le fond : me critiquez pas mon finki !)

Finkielkraut était scandalisé qu’on fasse commenter ce texte au bac : « nous subissons » disait il « la déferlante sentimentale des amis de lily » (vidéo ici)

 J’ai réalisé en l’écoutant que le fait qu’un état occidental paye des fonctionnaires pour passer du temps à persuader les élèves que les occidentaux sont des gros salopards et les immigrés des victimes innocentes par définition ressemblait quelque part à un suicide collectif.

C’est pourquoi je propose ici un nouveau texte, version en quelque sorte actualisée du texte intitulé Lily , sans la musique (en espérant que vous l’avez un peu en tête).

Ça s’appelle Rémi. C’est moins joli que la chanson originale mais j’ai au moins essayé de coller à la réalité du terrain.

 

Rémi 

 

On le trouvait plutôt petit Rémi

Il arrivait de Domremy Rémi

Dans un train bourré d’étudiants

Qui arrivaient tous en même temps

Pour faire des études à Paris.

 

Il croyait se faire des amis Rémi

De partout, même de seine St D’nis Rémi

Mais quand on est à hypokhâgne

Et pas très doué pour la castagne

Il ne faut pas sortir la nuit

 

Il voulait bien s’ diversifier Rémi

N’avait rien contre les immigrés Rémi

Mais quand un  gars avec casquette

Lui a dit on va t’ faire ta fête

Là il fait  une sacré tête.

 

C’était plutôt un intello Rémi

Il n’avait pas fait de judo Rémi

Quand t’es pas taillé en molosse

T’étonne pas si on te bolosse

Surtout si t’es plutôt beau gosse

 

Il prenait souvent le métro Rémi

Parfois le RER aussi Rémi

Quand il a vu que les racailles

Le dépassaient tous par la taille

Il a vu où était la faille

 

Ils sont montés dans le wagon Rémi

Ils ont regardé son blouson Rémi

Ils lui ont dit :qu’est ce que tu veux

Tu nous cherches ou quoi par les yeux ?

Ici on  n’aime pas les morveux !

 

 

Ils l’ont délesté d’son portable Rémi

Et l’ont rendu pas présentable Rémi

Si tu veux que ça t’arrive plus

Il faut t’inscrire à la muscu

Pour essayer d’sauver ton cul.

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans satires
commenter cet article

commentaires

Laurent 08/01/2012 12:27


On ne sait pas pourquoi Pierre Perret n'a pas été réellement censuré !!


Par contre, ce que je sais c'est que cette chanson, une des plus belles du répertoire français, 'n'est plus écouté sur les ondes. Mystère. Dommage de se priver d'une telle oeuvre dans ces temps
plutôt maigres en création

dxdiag.over-blog.com 08/01/2012 18:26



Je crois vraiment que c'est la pratique de l'autocensure qui est en cause. Chacun cherche à éviter tous les sujets qui pourraient faire polémique...et il y a tellement de chansons stupides, bien
pensantes, ou les deux à la fois, que les animateurs peuvent se contenter d'éviter celle là.



Mash 04/01/2012 18:34


Malgré son pseudo,le"brave" Jean-l'ouie n'entend rien à rien

dxdiag.over-blog.com 04/01/2012 19:00



Mash, Aristide, Majeur  : Ah ah , Merci les gars ! vous faites une belle équipe de vigiles, capables d'intervenir sur un article de l'an dernier (!) et marrants en plus !


j'ai comme un sentiment de sécurité avec vous.



Majeur 04/01/2012 17:48


 


Heeuu,


Dixie est le nom de l'hôtesse. Faudrait quand même connaitre un minimum le fonctionnement d'une discussion; on répond lorsque l'on sait de
quoi qu'il s'agit.


 


Dixie n'est pas intelligente, Aristide dit n'importe quoi...


C'est pas une bonne année ce mec,  y va gâter votre blanquette Dixie!


 

Jean Louis 04/01/2012 16:45


Elles tirent leur nom du fait que les missionnaires jésuites d'Amérique du Sud se servaient, pour représenter la Passion du Christ auprès des indigènes, de la fleur de cette liane : son pistil, les dessins de sa corolle et
diverses pièces florales ressembleraient à une couronne d'épines, au marteau et aux clous de la Crucifixion. Passiflora est un genre de plantes, les passiflores, de plus de 530 espèces de
la famille des Passifloraceae. Ce sont des plantes grimpantes aux fleurs spectaculaires, mais leur abondance n'est garantie que
dans les régions à climat doux. Les parties aériennes de la passiflore officinale (Passiflora incarnata) sont connues en phytothérapie pour leur action anxiolytique et sédative. La grenadille (Passiflora edulis) donne un fruit comestible à la saveur acidulée (le fruit de la passion) qui entre
dans la composition de sorbets, de jus ou de coulis. Et la passiflore bleue (Passiflora caerulea) est la passiflore ornementale la plus cultivée en France
métropolitaine. Les passiflores étaient inconnues des Européens avant la découverte de l'Amérique par les
Espagnols. Une vingtaine d'années plus tard, on trouve une description plus élaborée des passiflores dans
l'ouvrage du médecin botaniste espagnol Nicolas Monardes publié en 1569-1574. Il fut probablement aussi le premier à employer le terme religieux
de flos de passionis « fleur de la passion » pour la désigner car la fleur était selon lui, « précisément faite pour représenter la Passion du
Christ ». Monardes né à Séville en 1493, n'est jamais allé en Amérique mais grâce à ses informateurs et aux échantillons de plantes qu'on lui ramenait des Indes Occidentales, il put donner dans son ouvrageHistoria
Medicinal... des descriptions détaillées et relativement objectives de la passiflore, du tabac et de la coca. La première mention littéraire d'une
passiflore se trouve dans la description de la ville de Cali en Colombie donnée par Pedro Cieza de Leon en 1553 où il mentionne les fruits
de granadilla (petites grenades) dans les vergers aux alentours de la ville1. 


Le terme même de Passiflora fut créé par Federigo Cesi, le fondateur de l'Accademia dei
Lincei, dans une publication datée 1628 (mais sortie en 1651).
En 1753, point de départ conventionnel de la taxinomie moderne, Linné dans Species Plantarum, crée le
genre Passiflora et donne une description de 24 espèces, en reprenant les travaux de Hallman, nombre porté ensuite à 35 par Lamarcken 1789 puis à 43 par 

dxdiag.over-blog.com 04/01/2012 18:56



...



Jean Louis 04/01/2012 16:28


Oui Aristide, je vois surtout que vous dites n'importe quoi !...