Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 15:58

trois derniers

Ces enfants sont les 3 derniers élèves indigènes d'une école allemande...ils me font sincèrement de la peine.

 

 

 

Imaginez un bassin d'eau douce.

Imaginez qu'on y mette des poissons d'eau de mer.

Imaginez que les poissons n'y soient pas à l'aise et s'agacent.

Imaginez qu'on rajoute du sel jusqu'à ce que les poissons d'eau de mer soient contents.

Imaginez enfin qu'on soit fier d'avoir "adapté" les poissons à leur nouvel environnement et qu'on croit avoir réussit à modifier - même très légèrement -les poissons.

 

Si cela vous semble stupide ou fou.

Si les conclusions de l'aquariophile vous semblent manquer du simple bon sens, sachez que c'est pourtant le genre de raisonnement que certains de nos voisins germaniques tiennent publiquement sans que personne semble t-il, n'éclate de rire ou en sanglot.

 

 

Une émission d'Arte nous vante la réussite d'un établissement scolaire Berlinois, l'école Rütli, modèle d'intégration où les efforts conjoints de l'état qui a su mettre largement la main à la poche, et la  stratégie (sic) mise en place par l'administration et les enseignants a réussit à apaiser visiblement l'ambiance détestable qui y régnait précédemment.

 

http://www.defrancisation.com/allemagne-lecole-rutli-cours-de-sport-non-mixtes-et-menus-halal-pour-tout-le-monde

 

Quelle satisfaction en effet pour la directrice et les enseignants d'avoir pu :

 

- Convaincre les mères turques de laisser leurs filles participer à une sortie scolaire...en leur promettant qu'elles seraient séparées des garçons.

- Réussir à intéresser les parents  à l'école en...valorisant leur culture d'origine.

- Promouvoir la culture allemande.... en instaurant des cours d'arabe et de turc ("destinés aux élèves souhaitant mieux maitriser la langue de leurs parents" *)

- Apaiser les tensions en cours d'EPS...en isolant les filles et en dispensant de piscine toutes celles qui le demandent

- Permettre à tous de profiter de la cantine scolaire quelque soient leurs croyances... en généralisant le halal.

 

 

 

90 % des élèves de l'école Rütli sont musulmans

De nombreuses filles sont voilées , quelques unes ne le sont pas encore mais l'une d'elle nous explique qu'une fois mariée elle le sera. Pour les autres on ne sait pas. Peut être en effet que sur l'ensemble du groupe, une des jeunes filles échappera au destin que sa famille bâtit pour elle avec la complicité naïve et satisfaite des enseignants.

D'autres élèves se réjouissent de pouvoir prier pendant les heures scolaires ( "il y a pas de raison qu'on puisse pas apprendre" nous dit l'une d'elle sans que quiconque ne relève l'absurdité de ses propos)

Malheureusement, sans qu'on sache pourquoi, bien qu'on le devine, les garçons ne sont pas interviewés et ne peuvent pas nous expliquer à quel point ils souhaitent devenir de vrais allemands.

Le seul témoignage filmé d'un garçon  est celui d'un jeune autochtone qui reconnait que c'est un peu étrange d'être un des rares indigènes au milieu d'une foule de turcs et d'arabes....mais il a plein de copains, quand même.....alors on suppose que ça va.

 

L'école Rütli est un modèle, un miracle, "le miracle Rütli "! rien de moins !

 

Elle prouve que l'intégration peut fonctionner, en "communiquant les valeurs modernes à des familles dont les traditions sont parfois archaïques"

La stratégie de communication de ces valeurs modernes consiste à transformer  une école publique allemande de façon à ce qu'elle se rapproche le plus possible d'une école confessionnelle musulmane .

Cette école "miraculeuse" n'est pas encore une véritable école coranique car  pour le moment seuls les élèves, les parents d'élèves ET les médiateurs sont musulmans.

On n'y enseigne pas encore le coran et on se contente d'en appliquer les règles.

On n'y enseigne pas encore les textes qui disent comment séparer le pur de l'impur et on se contente de séparer le pur de l'impur.

Ces élèves "intégrés" seront, nous dit-on des "allemands comme les autres".

Ce sont donc probablement les futurs enseignants de la future école Rütli.

 

 

L'intégration scolaire par coranification de l'école nous est présentée comme un remède alors que c'est un des symptômes, une preuve de plus de l'islamisation de l'Europe !

Et le pire est d'imaginer que la  vision odieuse de ceux qui transforment activement un pays en un autre au service de ses nouveaux habitants aura probablement rassuré de nombreux téléspectateurs.

 

 

 

 

 

*si un jour quelqu'un peut m'expliquer pourquoi, dans l'hypothèse  où j'aurais élevé mes enfants en Espagne, il leur aurait fallu des cours de français pour qu'ils apprennent à parler leur langue maternelle, je suis tout ouïe.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 15:20

Mon très cher  Nouratin, si inventif ,vient d 'avoir une excellente idée qui pourrait résoudre le problème de l 'insécurité au sein des  cours de récréation où le risque de prendre une balle perdue est loin d 'être négligeable et ce , sans écorcher le moins du monde les principes merveilleux de notre douce république ni risquer d 'infliger aux présumés tireurs des blessures symboliques qui seraient la honte pour le pays des soidisandroidelom.

Notre ami propose que les enfants sortent revêtus de gilets pare-balles et que ceux ci leurs soient de plus fournis par la collectivité .

Bien entendu, les petits souchiens seraient exclus de cette distribution dans la mesure où il faut donner plus à ceux qui ont moins, mais surtout donner beaucoup moins à ceux qui pourraient bien avoir plus, si ça se trouve.

Les petits blancs pourront se faire tricoter leurs gilets par leurs mamans qui , elles, ont la chance d 'avoir de la laine ( tondue sur le dos des miséreux du monde qui plus est).

 

 

A sortir très prochainement dans nos catalogues à destination des collectivités locales ( j 'en profite pour lancer ma marque) :

  gilet-ptiga-neman-copie-1.png

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 09:27

A l 'occasion de la sortie des nouveaux  manuels d 'histoire et de géographie à destination des collégiens ( détail ici), je reviens sur la polémique de septembre.

empire

                                                                                   welcome...

 

Les nouveaux programmes d 'histoire sont conçus visiblement pour faire de nos enfants des citoyens du monde.

 

Dans un soucis vertueux d 'ouverture aux autres, et pour éviter le danger suprême qui est ,comme chacun sait, le renfermement frileux des peuples sur eux mêmes , les pédagogues ont décidé d 'aller plus loin que jamais  dans leur évangélisation des nouvelles générations.

 

Les nouveaux collégiens apprendront dorénavant très tôt  tout ce qu 'il faut savoir des civilisations arabes et africaines et de leurs grandeurs.

Ces connaissances nouvelles se feront bien entendu au détriment de ce qu 'ils devraient apprendre de leur propre histoire , car l 'année scolaire n 'est pas extensible ,mais  cet élément n 'est en rien un désavantage pour qui veut transformer nos petits français en petit mondiaux.

 

Et quoi me dira t-on? n 'est ce pas faire œuvre universellement salutaire  que de vouloir transformer les jeunes éléments de la nation en citoyens sans racines mais à nombreuses radicelles . Mobiles, ouverts à l 'autre, exempts de tout racisme, parfaitement xénophiles, persuadés dés l 'enfance que non seulement tout se vaut mais que l 'homme est un simple terrien, fils de tous et donc de personne.

 

Quel beau projet... pour un monde meilleur ! Un monde de rêve dans lequel le déracinement fera que chaque individu se sentira partout chez lui chez les autres, lesquels se sentiront comme chez eux chez lui.... bref un monde dans lequel le sentiment d 'appartenance à une nation aura disparu, entrainant avec lui dans les ténèbres de  l 'ignorance, toutes les raisons de faire la guerre.

 

Quel beau projet, contre lequel je n 'ai vraiment rien de mal à dire... si ce n 'est qu 'un tel défi pour être relevé, nécessiterait un petit détail, oh presque rien , une broutille : il faudrait juste qu 'il soit partagé par le monde entier.

 

Et oui car c 'est bien beau de transformer nos enfants en citoyens du monde, mais si cette dissolution du sentiment national reste cantonnée dans nos contrée, nous aurons deux mondes : celui des gens déracinés ouverts à tout, mutli-trucs et mutli-machins, et en face, à l 'ancienne, des peuples aux pieds enfoncés jusqu' aux genoux dans leurs racines et leurs traditions .

 

On verrait alors   des peuples assouplis, perméables, xénophiles, prêts  à être conquis, tandis que les autres resteraient  refermés sur eux mêmes, et ne quitteraient leurs territoires qu 'accompagnés de leurs panoplies, migrants comme des sortes d 'escargots pour reconstituer ailleurs leur coquille à l 'identique.

 

On n 'ose imaginer ce qui se passerait alors... peut être une arrivée importante de migrants accrochés à leur identité comme des enfants à leur doudou , imposant progressivement  cette dernière aux populations dressées à l 'ouverture et au nom même  de celle ci.

 

Les petits citoyens du monde seraient avalés tout crus.

 

Mais ça , je suis certaine que nos pédagogues ne le souhaitent pas. ça se saurait.

 

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 12:13

ScreenShot004.jpg

 

 

Vous ne pensiez tout de même pas que j’allais pouvoir rester silencieuse sur le sujet dont tout le monde parle (les médiocres résultats scolaires des Français) ? bien sur que non, et comme le fameux professeur Rolin, la dxdiag a toujours quelque chose à dire.

Aujourd’hui mon goût pour la métaphore m’amène en cuisine. C’est après avoir jeté un plat de poisson que je peux l’affirmer sans détour : si vous avez de mauvais produits à la base, quelle que soit la recette et quelles que soient les méthodes de la cuisinière, vous aurez un plat totalement pourri.

Pour ce qui est des apprentissages, admettez qu’il puisse en être de même.

La petite cuisine de la transmission des connaissances nécessite en effet  trois choses :

Des enseignants compétents, des méthodes qui ont fait leurs preuves ET des élèves sur les quels les premiers PEUVENT utiliser les seconds.

 

Les enseignants eux-mêmes ne semblent avoir ni moins de connaissance des matières qu’ils enseignent ni moins de sens de la pédagogie que leurs prédécesseurs. Combien de professeurs des écoles, bac plus 4, sont plus armés à priori pour enseigner que les instituteurs des années 50 qui parfois à peine sortis  de terminale étaient  placés à 19 ans sur l’estrade.

 

Les méthodes par contre semblent avoir pâtit des conséquences du discours à la fois déconstructeur et gentillet de bien des penseurs de l’éducation. Et quand on lit Meirieu , on voit bien qu’il a toujours été  prêt à sacrifier des générations d’élèves sur l’autel de l’innovation pourvu que celle-ci ait porté son nom.

J’ai déjà parlé de lui dans ce  blog , LA   si ça vous intéresse.

 

J’aimerai ici insister sur l’ingrédient principal de la réussite en cuisine-scolaire , nommé ici elève :

Qui a eu l’occasion de visiter un jour une école l’a constaté : alors que les hussards de la république étaient face à des groupes de 50 bambins et qu’on entendaient les mouches voler, l’enseignant  de nos jours est face à  un enfant roi turbulent.

Education laxiste, parents démissionnaires, médias et jeux vidéos omniprésents, société consumériste, tout concours à faire des bambins des consommateurs de divertissement, agités en tout sens, n’écoutant rien et n’obéissant pas.

Elevés sans contraintes, ils ne supportent pas celle que la situation d’apprenant rend inévitable.

N’écoutant rien, ils n’apprennent rien, ne sachant rien, rien ne les intéresse, ne s’intéressant pas ils s’ennuient bruyamment, gênant en permanence ceux qui voudraient encore apprendre.

Il est évident que si les réfractaires sont en petit nombre, la classe est encore gérable et que l’échec ne se généralise pas.

Mais qu’en est-il des  lieux où l’opposition est majoritaire en classe ?

C’est qu il y a des  endroits où les méthodes éducatives non contraignantes sont a peu près  généralisées.

Des endroits dans lesquelles il y a,  en plus, remise en cause systématique de l’autorité des femmes (majoritaires dans l’enseignement surtout en primaire)

Des endroits où  la  valeur même du contenu des apprentissages potentiellement transmis est délégitimé.

Des endroits où il est dit aux enfants que quelqu’un  leur doit tout ,et dont  ils déduisent qu’ aucun effort ne saurait leur être demandé.

Des endroits où certains parents ont probablement cru, qu’en restant ici pour faire  naître des petits Français, cette simple étiquette en ce simple lieu, servirait de   clé devant à elle seule assurer leur réussite. Quelle frustration quand la pensée magique ne fonctionne pas, et quelle rage alors à l’égard de ceux qu’on soupçonne d’avoir empêché la magie !

 

 

Tiens donc, après avoir écrit l 'article ( si si je vous le jure) j 'ai eu connaissance de cette vidéo :

on y parle des ingrédients.

 

 

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:08

 

cite-male.jpg

 

 

Assez ! Assez  de voir des Français comme vous et moi, môssieur, nés en France, et oui môssieur, et fiers de leur nationalité, et oui, et qui sont SOUS TITRES dans LEUR propre pays.

Assez d’entendre des Français qui parlent Français en VOSTF dans les vidéos du net et les journaux télévisés.

Tous ces jeunes, dont on comprend un mot sur deux ont des choses à nous dire et manquent seulement de vocabulaire et d’élocution.

Ah, la critique est facile, bien sûr, pour tous ces bourgeois à qui on a appris à parler et à  lire et qui ne réalisent pas (que saint-Bourdieu leur pardonne) que les autres n’ont accès à RIEN.

 

Une seule solution : L’ECOLE

Oui, je sais c’est totalement révolutionnaire et ça va nous coûter un max mais il le faut !

Pour eux, pour nous, pour l’avenir de la France, inventons l’école obligatoire et gratuite !

Imaginez seulement un système où l’éducation ne se ferait pas uniquement dans le milieu familial, source inépuisable d’inégalités en tous genres, mais également dans un lieu neutre.

Ce lieu appelé école  recevrait  les enfants, à partir disons de l’age de deux ou trois ans, et permettrait à tous quelque soit leur origine de passer  quelques six ou sept heures par jour avec des personnes payées par nous tous, mes amis, et dont la tâche remarquable serait de leur enseigner la langue de leur propre pays et les rudiments du calcul, des sciences et de la géographie.

Un tel système, totalement gratuit, fourni à tous dans les endroits les plus oubliés de notre pays inégalitaire et raciste, permettrait de construire ensemble, une nouvelle nation apaisée (comme le dit si bien Madame Aubry)

Cette école, gratuite, voire obligatoire pourquoi pas, serait ainsi la base  d’une vraie PREVENTION des violences qui, chacun le sait, ne sont que l’expression d’une souffrance, elle-même enfant de la misère et de la mainmise totale de la culture par les élites égoïstes.

L’avenir passera par la création de l’ECOLE, elle déchirera sa race, elle niquera sa mère la pute.

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 11:13

 

 

ecole2.jpgEn cette rentrée, comme tous les ans, les soignants  de l’éduc nat se penchent sur leur institution  en souffrance.

Un article du nouvel ob-serviteur a attiré mon attention.

J’y lis que les élèves sont malheureux à l’école et que c’est rien que de la faute du système tout pourri qui fait que les embêter.

Entre les enseignants trop sévères (instituteur si fréquemment croisé dans les manifs: maigre, raide, coupe militaire, regard froid et inquisiteur, mains croisées dans le dos, tendu, comme armé du souvenir de la   règle avec laquelle il aime à taper les pulpes des doigts des récalcitrants) et les notations qui font si peur aux enfants (oh lala  cé tro la merde jé pas u d bonne not, commen mé parent va m tué), l élève piégé est en souffrance, donc en échec. (et du coup parfois sur les bords un peu macho, homophobe, antisémite….)

 

Monsieur Meirieu ( star des sciences de l’éducation)  nous explique bien pourquoi :

 

« L’éducation en France a toujours insisté sur le développement de la raison –donc la mise sous le boisseau de la subjectivité-  en visant une sorte d’idéal unique de culture. Nous en gardons les traces.  L’école continue d’imposer sa norme."

 

 

L’école IMPOSE sa norme…sachant qu’il est mal d’imposer on en conclura directement  que  DONC elle ne devrait pas.

Et comme monsieur Merieux nous explique aussi ce qu’est la norme de l’école dans la première partie de sa phrase nous savons maintenant que l’école ne devrait pas imposer le développement de la raison en visant une sorte d’idéal unique de culture.

Parfait.

 

Et la tout s’éclaire pour moi. La lumière se fait dans ma petite cervelle réactionnaire et islamophobe (c’est écrit en haut à droit de ma page d’accueil)

La compréhension de l’autre et de son « autritude » poussée à ses extrémités délirantes englobe TOUS LES PANS  de la société ! DAMNED (c’est pour rire je le savais déjà en fait)

 

L école continue d’imposer sa norme (un idéal de culture en partie définie par le développement de la raison)

Il suffit donc de changer la norme, de ne plus vouloir développer la raison mais la subjectivité pour que tout aille mieux c'est-à-dire pour que l’élève soit bien dans son école.

Place donc à ce qui n’est pas raison (sous entendu raisonnable) ouvrons nous à la subjectivité (c’est-à-dire  au sujet lui-même) il n’y a pas d idéal de culture (donc il n’y a pas de culture mais DES cultures)

 

On y est !!

Même principe, même raisonnement.

Tout se vaut, l’individu est ROI. Il arrive à l’école tel qu il est et tel qu il est il doit en ressortir.

Comme l’étranger arrivé en France doit rester absolument lui-même, et ne prendre de notre culture que ce qui lui plait (de préférence des trucs neutres : ipod, dvd,yaourts aux fruits, radiateurs…) l’élève ne doit pas changer mais développer  sa subjectivité en classe c'est-à-dire sa capacité a continuer de penser ce qu’il pense  et qu’au passage il a bien APPRIS quelque part non ? (Tiens un sujet à développer)

On est plus la pour enseigner ce qui est vrai mais pour ouvrir le champ des possibles. Toutes les opinions subjectives ayant leur place et toutes à la même, le programme scolaire pourrait être dans l’idéal le supermarché des connaissances :

Aujourdhui petite leçon sur Darwin, demain exposition sur la création divine du monde. (Hé, attends ! ils ont le droit de penser ça donc de le dire non ?)

Aujourdhui tables de multiplications, demain exposé de Lulu sur sa façon de se représenter les formes géométriques et ses idées bien à lui sur les règles mathématiques qui s’y appliquent.

Et alors QUI vous dit que lulu mérite moins qu’on l’écoute que les autres ?c’est un créatif en plus. On a besoin AUSSI d’esprit créatif donc des idées de lulu.

 

La France assimilatrice  détruisait l’identité de l’émigré.

L’école (si elle reste ringarde) détruira l identité de l’enfant. 

 

Bon, les gars, je crois que là on  est vraiment en train de s’autodétruire.

Par contre question prix Nobel des mecs sympas on a encore nos chances.

 

 

Question subsidiaire : si tout se vaut pourquoi est il MIEUX pour nous d’ avoir de plus en plus d’ autres qui ne devraient pas être mieux puisque rien ne l’est…( punaise encore un thème à développer)

 

 

 

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans Education nationale
commenter cet article