Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 11:21

cafe.png

 

Je ne me promène pas dans la gauchosphère : les gens y passent leur temps à comparer les mérites de Hollande et ceux d'Aubry qui n'ont pas les mêmes opinions sur la couleur des rideaux, ou à se réjouir à l'idée d'arracher bientôt  la mauvaise moquette installée par Sarkosy : le tout dans une chambre d'hôpital où on voudrait nous contraindre à la greffe d'une nouvelle tête.

La décoration nous fera une belle jambe quand notre cerveau aura été échangé.

 

Je me promène beaucoup dans la réacosphère : les établissements sont variés et il y  en a pour tous les goûts. Le point commun qu'ils ont est de s'opposer aux chirurgiens fous, et, même s'ils ne sont pas, loin de là, sur la même longueur d'onde,  au moins  on n'y parle pas seulement de décoration.

 

Quelle variété ! Quelle diversité oserais-je dire, et ainsi quel plaisir de passer d'un bistrot à un grand restaurant en cliquant d'un endroit à l'autre.

 

J'ai mes habitudes :

 

Prenez cet établissement par exemple : un petit restaurant gastronomique, décoré de bibliothèques, très raffiné, dont  la carte récente est encore courte mais dont les ingrédients sont si délicatement apprêtés, qu'on ne les trouve nulle part ailleurs. On nous y présente des plats de grands choix, mais avec une délicatesse si naturelle et une courtoisie telle qu'on ose s'attarder et gouter des mets dont on n'a pas l'habitude.

 

Un autre établissement, très différent, ne m'est pas moins sympathique : une grande taverne à  la table gargantuesque. Les clients affluent, et  dans une ambiance virile,  quelque fois restent plantés, bien droits sur leurs jambes, et discutent entre eux. Leurs conversations denses et  parfois interminables sont hachées de rires communicatifs.

Si une bagarre éclate, alors  c'est toute la salle qui peut être secouée, mais l'ordre finit toujours par se rétablir assez spontanément. Si vous aimez parler et rire en mangeant, vous y trouverez toujours un ou deux convives pour échanger avec vous à voix haute et vous conseiller des boissons fortes.

Si quelque gauchiste s'égare là, il est toujours stupéfait et referme souvent vite la porte en poussant quelques cris d'orfraie. S'il ne part pas à temps, des chasseurs lui tirent du gros sel dans l'arrière train.

 

 

Et celui-ci : club très chic mais confortable, à la taille imposante mais auquel une élégance  classique  donne un air d'intimité alors que sa fréquentation est intense comme celle d'un hall de gare. On y  boit quelques cocktails et grignote des petits fours autour d'un buffet richement garni, en discutant. Il y a même des fauteuils pour les habitués. Tout cela est fort agréable et serait même parfait si de temps à autre un des convives ( pas toujours le même) ne se permettait de jeter le  fond de son verre à la figure d'un autre pendant que toute la salle sifflote en faisant semblant de regarder par la fenêtre. Ne dites rien au malotru, il vous toiserait des pieds à la tête et c'est vous qui finiriez gêné.

Bien entendu, j'y passe pour les délicieux apéritifs mais ne me risquerais pas à m'attarder longtemps quand vient l'heure du diner.

 

N'oublions pas celui là : mi-restaurant mi-boite de nuit, c'est un établissement branché et select bien qu'il soit ouvert aux quatre vents. L'ambiance y est un peu étrange car quelques jeunes gens palots tiennent des conversations savantes sur les évangiles pendant que d'autres s'épilent le nombril et que des filles se tortillent langoureusement sur des estrades.

Ici, plusieurs chefs élaborent des plats, parfois tout à fait remarquables mais parfois totalement indigestes tant le mélange des ingrédients dans une recherche effrénée d'originalité peut conduire à des catastrophes gustatives. Ne leur dites rien : tout ce qui a l'étiquette de la boite leur parait merveilleux, même les pires ragouts.

 

D'autres encore... bien entendu...il faudrait un guide entier, et j'aurais pu aussi vous parler de petits endroits qui ressemblent à des cafés littéraires mais dans lesquels il arrive que  vous vous trouviez tout à coup au milieu d'une pièce privée qu'aucun rideau ne séparait du reste et vous sortez, trop content qu'on semble ne pas avoir remarqué votre indiscrète présence.

J'aurais pu vous parler d'endroits qui ressemblent à des superettes et d'autres à des musées dans lesquels on s'ennuie un peu à cause du silence qui y règne. J'aurais pu vous décrire des vérandas où discutent des  mémères à chapeau et aux lèvres pincées, vous parler de lieux qui servent des grand crus, des plats remarquables, d'endroits ou l'on s'amuse, vraiment,  et d'autres où l'on rit jaune....

 

J'adore cette réacosphère.

 

Et vous ? me direz vous peut être, bien joli de vous moquer un peu de tout le monde! eh, c'est quoi votre petit établissement, coincé entre les bâtiments plus anciens ou plus imposants, hein, vous vous prenez pour quoi ?

 

Et bien j'espère avoir simplement ouvert un bistrot, un troquet où l'on s'arrête pour un verre ou un petit plat. Je garantis  juste que la cuisine est faite maison (jamais de congelés c'est une règle) et j'espère continuer à recevoir les quelques habitués qui passent et parfois s'installent discuter pendant que j'essuie les verres. J'aime bien ma clientèle. J'aime bien qu'on me dise "elle était bonne votre tarte aux prunes, Dixie"  ( et on a même le droit de me dire si un plat manque d'épices ou si c'est trop poivré). J'aime  l'ambiance qui y règne, j'adore quand parfois les gens bavardent entre eux en trainassant, et j'adore, quand un gauchiste est entré, voir un ou deux copains se lever comme un seul homme pour le saisir sous les aisselles et l'éjecter avant de revenir finir leur verre comme si rien ne s'était passé. ça arrive rarement, mais j'adoooore.

Partager cet article

Repost 0
Published by dxdiag.over-blog.com - dans autobiographie
commenter cet article

commentaires

Aristide 10/10/2011 12:10



Merci Dixie, mais le lien que vous m'avez indiqué ne fonctionne pas.


Quand je vous disais qu'on en veut pas de nous sur les blogs de gauche!



dxdiag.over-blog.com 10/10/2011 12:43



Je crois avoir réparé le lien (que j'avais mal copié).


Je viens de lire son dernier article et même si je pense qu'il se trompe il le fait avec un talent certain et une belle éloquence.



Aristide 09/10/2011 17:46



Mat : pourtant je vous assure que j'ai coché toutes les cases dans l'interface de blogger pour que les commentaires soient absolument libres. Je ne peux réellement rien faire de plus.


Mais peut-être utilisez-vous explorer? Personnellement je l'ai abandonné au profit de Firefox. Je n'arrivais plus à commenter sur mon propre blog avec explorer.


Sinon "une ouverture sur les blogs de gauche" ne veut absolument pas dire faire ami-ami avec un certain personnage vulgaire et adipeux (A Dieu ne plaise!). Je pensais simplement à aller voir
régulièrement ce qui s'y passe, à en rendre compte, et aller y mettre le bazar de temps en temps. Un peu ce que fait Didier Goux, tout simplement.



dxdiag.over-blog.com 10/10/2011 10:59



Aristide : pour l'ouverture à gauche, peut être pourriez vous aller commenter sur le blog d'un  certain  P Sage : il a une belle audience, est beaucoup plus subtil que grosnico et
capable de discuter en restant poli avec ses adversaires.


http://sagephilippe.20minutes-blogs.fr/


 



Mat 09/10/2011 16:35



Une subtilité doit m'échapper, mais j'ai du mal à commenter chez vous, Aristide. Mes commentaires n'apparaissent pas. Mais je vous lis, soyez en sûr.


Sur les différents points que vous évoquez par rapport à la position unique de Didier Goux, autant les points 1 et 3 me paraissent possible à reproduire, autant le 2, je ne sais pas. Faut faire
comment pour avoir une ouverture sur les blogs de gauche ? Parce que s'il faut fraterniser avec le Number One, c'est beaucoup demander.



Aristide 09/10/2011 14:57



Sur ce coup là je vous trouve un peu optimiste Dixie. Didier Goux peut très bien continuer à tenir son blog mais d'une manière qui soit beaucoup moins intéressante pour nous.


Mais je sens que le sujet n'est pas mûr donc je n'insiste pas.


Espérons ne pas avoir trop vite l'occasion d'en reparler.


J'en profite pour signaler que manifestement blogger débloque encore, mes nouveaux messages n'apparaissent plus dans les blogrolls des autres blogs. Donc pour les habitués, n'oubliez pas de
consulter la carte régulièrement^^.



dxdiag.over-blog.com 10/10/2011 08:50



Vous avez bien fait d'en parler, et je crois intéressant que L'Emissaire se mette en relation avec DG. Pour le moment c'est dommage qu'il soit parti en vacances en nous laissant ruminer.


Le dieu des blogs est contre lui : météo pourrie au Mont St Michel !



Gil 09/10/2011 11:58



Oui, j'aime bien voir le joli cul des serveuses quand elles balaient et récurent la salle enfin vide, en prenant le dernier pour la route... le calme après la tempête quoi (Pakounta en videur,
c'est à voir hi hi)... sinon j'ai relu plus frais, et c'est vraiment bien observé, en particulier les gens qui sifflotent après le verre dans la gueule... je suppose que ça peut d'ailleurs
s'appliquer à un paquet de troquets de par chez nous (et d'ailleurs)...